ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Poitiers, église Notre-Dame la Grande

Édifice symbole de la ville et chef d’œuvre reconnu de l’art roman, l’église Notre-Dame-la-Grande fut érigée en deux phases distinctes au XIe-XIIe siècle sur un édifice plus ancien et consacrée en 1086 (Favreau et al. 1995 ; Camus, Andrault-Schmitt 2002 ; base Gertrude). Composée d’une nef flanquée par deux collatéraux, l’église termine dans un chevet à déambulatoire et à chapelles rayonnantes. Collégiale et en même temps paroissiale, à la fin du Moyen Âge l’édifice fit l’objet d’une dévotion particulière de la part des paroissiens qui d’un côté multiplièrent, par leurs testaments, la création de messes et services particulières, de l’autre obtinrent, sous le payement d’un tarif établi (Camus, Andrault-Schmitt 2002, p. 27) et à partir du XIIIe siècle (Camus, Andrault-Schmitt 2002, p. 51), le droit d’être enterrés dans l’église même ou dans son cloître et non plus seulement dans le cimetière qui se trouvait près du chevet (Favreau et al. 1995, p. 18). Non seulement les habitants de la paroisse bénéficièrent toutefois de ce privilège qui semble avoir été accordé également à d’autres personnages (comme les Du Fou), de toute évidence très influents dans la cité, habitant dans d’autres zones de la ville.

L’église devint ainsi un des lieux privilégiés de l’expression du rang de la part des familles composantes l’élite poitevine. Dès le début du XVe siècle, les lignages les plus puissants et fortunés purent donc exercer leur activité de mécènes notamment à travers la réalisation d’œuvres destinées à l’ornementation de l’édifice – c’est le cas de Jacques Boilève qui fit refaire deux vitraux du chœur « tam in lapide quam vitro » obtenant la permission d’y mettre « arma sua » (Crozet 1942, num. 647, p. 167, 22 septembre 1476) (armoirie 1) –, l’installation de sépultures ou, principalement, la construction de chapelles particulières ouvertes sur les bas-côtés de l’édifice et autour de son chevet. La plupart de ces chapelles se concentra sur le côté nord, rétrécissant ainsi progressivement la gallérie sud du cloître (Crozet, Clément 1939-1941, p. 500 ; les vestiges de ce dernier seront définitivement démolis en 1859). À partir de 1420 et jusqu’à 1538 plusieurs chapelles furent donc érigée, d’abord autour du chevet, parfois à l’emplacement de structures préexistantes (la chambre du trésor pour la chapelle Fumé, une des chapelles romanes pour celle du Fou), puis tout au long du collatéral nord, procédant de la façade vers le chevet. Seulement la chapelle des Claveuirier semble avoir été en revanche ouverte sur le collatéral sud (Favreau 1995, p. 85). L’origine de ce choix n’est pourtant pas liée exclusivement à des intentions pieuses. L’église constituait aussi un des pôles de la vie civile de la ville de Poitiers au Moyen Âge, vu que les conseils municipaux se réunissaient assez souvent à son intérieur ou dans ses cloîtres et que des cérémonies, religieuses comme séculières, y se tenaient régulièrement (Favreau et al. 1995, p. 26) dans les années 1470-1513 (Camus, Andrault-Schmitt 2002, p. 33).

Poitiers, église Notre-Dame-la-Grande, façade et portails sud.

Une mise en signe héraldique particulièrement soignée caractérise ces interventions monumentales : les armes des constructeurs et de leurs familles émaillent ces nouveaux espaces, comme il arrivait d’une manière constante à cette époque dans l’architecture sacrée régionale. Nous le voyons, sur le côté nord, dans les chapelles Potier, Fresneau, Citoys, Gilliers, Fumé, dans celle du chapitre aussi bien que dans la IVe et la Ve chapelle, mais aussi dans la chapelle Boinet, ouverte sur le côté sud de la chapelle d’axe, et notamment dans celle Du Fou, également érigée sur le coté sud du chœur. Par rapport aux éléments armoriés visibles dans d’autres églises de la region, les représentations héraldiques visibles dans l’église Notre-Dame se signalent pour deux raisons : pour la qualité souvent très élevée de leur exécution et pour leur distribution qui vise à signaler, depuis la nef ou même dès l’extérieur du bâtiment, les noms des bienfaiteurs propriétaires des nouvelles chapelles. En outre, sur les tombeaux et les autels étaient parfois placés des statues ou des bustes des patrons (Camus, Andrault-Schmitt 2002, p. 27-28) ou, encore, des portraits peints étaient accrochés au mur (Crozet 1942, p. 241, num. 906, 25 avril 1541), de façon de certifier l’identité des commanditaires et des défunts, d’ailleurs déjà énoncée « en signes » par le biais de l’héraldique.

Poitiers, église Notre-Dame-la-Grande, intérieur (nef).

Il ne faudra pourtant oublier que  des décors héraldiques éphémères furent également installés dans l’église lors d’événements particuliers. « Huit grands escussons » aux armes du roi furent notamment payés par le chapitre au peintre Denis Gordet, qui les avait réalisés à l’occasion du service fait pour la mort de Louis XI (Crozet 1942, num. 677, p. 174, 27 octobre 1483) (armoirie 2), tandis que six écus armoriés avaient été faits réaliser à la mort de la reine (Camus, Andrault-Schmitt 2002, p. 33) (armoirie 3).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Poitiers, église Notre-Dame la Grande, https://armma.saprat.fr/monument/poitiers-eglise-notre-dame-la-grande/, consulté le 25/11/2020.

 

Bibliographie sources

Poitiers, Archives départementales de la Vienne, G 1239, f. 108, 113.

Bibliographie études

R. Crozet, J. Clément, « Les notes archéologiques du baron de Guilhermy sur les monuments de Poitiers et du Poitou », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 3e, 12, 1939-1941, p. 497-530.

R. Crozet, Textes et documents relatifs à l’histoire des arts en Poitou (Moyen âge – Début de la Renaissance), Poitiers 1942.

R. Favreau, « Étienne Boinet et la fondation d’une chapelle à Notre-Dame-la-Grande au XVe siècle », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 5e, 11, 1995, p. 83-97.

R. Favreau, M.-Th. Camus, F. Jeanneau, Notre-Dame-la-Grande. Poitiers, France 1995.

Cl. Andrault-Schmitt, M.-Th. Camus, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers. L’œuvre romane, Poitiers 2002.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Eglise Notre-Dame-la-Grande, Poitiers. Armoirie Jacques Boilève (armoirie 1)

(D’argent au chevron de gueules accompagné de trois merlettes de sable, deux en chef, une en pointe).

  • Attribution : Boilève Jacques ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chevet ;
  • Emplacement précis : Fenêtre ;
  • Support armorié : Verrière ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Vitrail ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Notre-Dame la Grande

Eglise Notre-Dame-la-Grande, Poitiers. Armoirie roi de France (Louis XI) (armoirie 2)

(D’azur à trois fleurs de lys d’or).

  • Attribution : Roi de France ; Roi Louis XI ;
  • Position : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Notre-Dame la Grande

Eglise Notre-Dame-la-Grande, Poitiers. Armoirie reine de France (Charlotte de Savoie) (armoirie 3)

(Parti, au premier d’azur aux trois fleurs de lys d’or, au second de gueules à la croix d’argent).

  • Attribution : Reine de France ; Savoie, Charlotte de ;
  • Position : Inconnue ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Notre-Dame la Grande

Recherche

Menu principal

Haut de page