ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

ArmmA Poitou

Dans le cadre d’une première enquête consacrée au Poitou historique, le patrimoine héraldique du département de la Vienne et de la ville de Poitiers a fait l’objet d’une analyse ciblée, en raison de l’extrême richesse d’attestations découvertes dans ce territoire au fur et à mesure de l’avancement d’un travail de recherche mené largement sur le terrain.

Tympan aux armes de Jean de Berry. Poitiers, Palais des comtes, tour Maubergeon (pièce déposée).

Au terme d’une mission de 26 mois non continus, mise en place grâce au soutien de l’Université de Poitiers et de la DRAC Nouvelle Aquitaine, 420 « unités monuments » – à savoir des édifices caractérisés par la présence d’au moins un élément héraldique d’époque médiévale – ont été recensées, dont 300 uniquement dans le département de la Vienne (61 dans le seul Poitiers !).

Pour la plupart inconnues ou mal documentées, ces présences héraldiques ont permis de mettre en lumière les différents usages de l’héraldiques dans le contexte monumental, mettant en exergue, par exemple, l’adoption par l’élite poitevine de pratiques documentées dans d’autres contextes (telle l’intégration dans les armes familiales d’armoiries appartenant à la lignée féminine, sous la forme d’écartelés) ; la large diffusion de ces signes d’identité dans l’habitat résidentiel, non seulement urbain et aristocrate ; les épisodes de destruction d’armoiries, trop souvent hâtivement attribués à la seule époque révolutionnaire.

Écu aux armes d’Anjou. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle centrale, parois est).

L’identification des armoiries représentées a également permis d’apporter des connaissances nouvelles à l’histoire des édifices et de leurs commanditaires (voir, par exemple la notice sur les peintures héraldiques aux armes d’Arthur de Richemont et de son épouse dans une église aux portes de Parthenay) ou de reconstruire la commande artistique de certains personnages de l’élite poitevine entre la fin du Moyen Âge et la première Renaissance (les Fumé, à Poitiers, ou l’évêque Pierre de Combarel dans l’ensemble du territoire de son vaste diocèse).

La collaboration avec les collègues de l’Université de Poitiers et de la DRAC Nouvelle Aquitaine, ou encore des musées régionaux  a d’ailleurs permis de mettre en valeur un patrimoine artistique encore trop souvent méconnu malgré son intérêt évident pour la connaissance de l’histoire des édifices et des hommes qui ont marqué l’histoire de la région.

Recherche

Menu principal

Haut de page