ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Situé au sud de l’église des Chartreux, le petit cloître était limité par les bâtiments communs (le chapitre, la sacristie, la secrétairerie, le réfectoire), par la cellule du sacristain et par le logis du prieur. Les murs de fonds des galléries (composées de sept travées, celles parallèles à l’église, et de six travées, les deux autres), réalisées vers 1350, avaient été peints avec des épisodes de la vie de saint Bruno, remplacées par des toiles du même sujet en 1510 (Raunié 1901, p. 16 ; aujourd’hui conservées au Louvre). Le prolongement d’une gallérie mettait en communication le petit et le grand cloître. Des aménagements importants furent réalisés dans cet espace au cours du XVIIe siècle : les arcades gothiques furent alors remplacées par des arcades en plein cintre, fermées par des vitraux peints ; les toiles peintes furent réparées par des panneaux en bois ; des nouvelles peintures y furent exposées (ibid., p. 17). Le sol des galléries était parsemé de dalles funéraires qui, au moment de la destruction du monastère, furent mélangées aux matériaux de la démolition. Elles étaient si nombreuses que, « vers 1825, les maisons voisines de l’ancienne Chartreuse étaient remplies de fragments de dalles funéraires » (Guilhermy 1873, p. 484).

Paris, chartreuse de Vauvert, petit cloître, tombeau de Robert et Jeanne Gobelin.

D’après Raunié (1901, p. 71 et s.), qui en a fait l’inventaire, il s’agissait surtout de tombes datant de l’époque moderne (XVIIe siècle) ou d’exemplaires plus anciens (notamment du XIVe siècle) qui versaient en mauvais état de conservation, avec quelques exceptions. A la fin du XVIIe siècle, la pierre tombale « de marbre blanc » de Robert († 1411) et Jeanne († 1436) Gobelin était encore visible au milieu de la gallérie du cloître adossée à l’église, « vis-à-vis la porte de la Pissine » (Oxford, Bodleian library, Gough drawings Gaignières 5, f. 107 : Collecta ; Raunié 1901, p. 74). Trois écussons armoriés accompagnaient les portraits des défunts, représentés sous des arcades polylobées (armoiries 1a-c) : ceux dans la bordure étaient l’un, à dextre, aux armes des Gobelin (armoirie 1a), l’autre, à senestre, à celles des Bourguignon, famille de l’épouse (armoirie 1c) ; un écu mi-parti aux armes du couple était enfin gravé sur le pilier qui séparait les images des deux époux (armoirie 1b).

Les salles donnant sur le cloître étaient elles aussi utilisés comme lieu de sépulture. Le chapitre constituait de toute évidence un lieu privilégié (et convoité) pour les enterrements, vraisemblablement, des bienfaiteurs du monastère. La plate-tombe de Marguerite de Châlon († 1378) – dont l’authenticité a été parfois mise en doute (Lebeuf 1753, p. 275-276) – se trouvait notamment dans le chapitre « devant les marchepied de l’autel » (Oxford, Bodleian library, Gough drawings Gaignières 5, f. 106 : Collecta ; Raunié 1901, p. 69). Les armories de la dame étaient gravées d’un côté et de l’autre de la dalle, dans la bordure réservée à l’épitaphe, et insérées dans des cadres polylobés (armoiries 2a-b). Malheureusement, déjà à l’époque du relevé de Boudan les écus ne présentaient plus aucune trace des armoiries qu’ils avaient portées : nous ignorons donc s’ils étaient chargés des armes plaines de Châlon ou de celles parties aux armes de Savoie (Marguerite était mariée à Jean de Savoie, mort en 1339).

Paris, chartreuse de Vauvert, salle du chapitre, inscription célébrant la construction de la chapelle de Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

 

Dans la même salle capitulaire, une inscription était plaquée contre le mur « entre deux fenestres a droite » : elle célébrait la construction, en 1322, de la chapelle Saint-Pierre-et-Saint-Paul, qui servait de chapitre, et de la sacristie qui se trouvait à son côté par Pierre Loisel et Marguerite, sa femme (Oxford, Bodleian library, Gough drawings Gaignières 5, f. 103 : Collecta). Dans la partie inférieure de la pierre inscrite, qui était placée vis à vis du tombeau des deux donateurs (Mellin 1798, p. 58 ; Raunié 1901, p. 5, note 3), deux écus armoriés étaient représentés entre la figure d’un pèlerin et d’un ange offrant le model de l’édifice qui venait d’être construit grâce à la munificence du couple (armoiries 3a-b). Si l’écu à senestre porte les armes de Pierre Loisel (Raunié 1901, p. 71), il est possible que celui à dextre, figurant la sainte Marguerite, faisait allusion à la femme du donateur.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître), https://armma.saprat.fr/monument/paris-chartreuse-de-vauvert-petit-cloitre/, consulté le 17/10/2021.

 

Bibliographie études

Guilhermy, Ferdinand de, Inscription de la France du Ve au XVIIIe, t. 1. Ancien diocèse de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1873.

Lebeuf, Jean, « Lettre de l’Abbé le Beuf sur une tombe qui se voit dans le Chapître du couvent des Chartreux de Paris », Suite de la clef ou journal historique sur les matières du tems, 74, 1753, p. 272-277.

Millin, Aubin-Louis, Antiquités nationales ou recueil de monuments pour servir à l’histoire générale et particulière de l’empire françois, t. 5, Paris 1798.

Raunié, Emile, Epitaphier du vieux Paris, t. 3, Chartreux – Saint-Etienne-du-Mont, Paris 1901.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie Robert Gobelin (armoirie 1a)

D’(azur) à trois gerbes de blé d’(or).

  • Attribution : Gobelin Robert ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ; Galerie ;
  • Emplacement précis : Côté nord ; Sol ;
  • Support armorié : Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1401-1425 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie Gobelin-Bourguignon (armoirie 1b)

Mi-parti : au premier d’(azur) à trois gerbes de blé d’(or) (Gobelin) ; au deuxième d’(argent) à deux bars en sautoir d’(azur) accompagnés de deux merlettes de (sable), l’une en chef, l’autre en pointe (Bourguignon).

  • Attribution : Bourguignon Jeanne ; Gobelin Robert ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ; Galerie ;
  • Emplacement précis : Côté nord ; Sol ;
  • Support armorié : Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1401-1425 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie Jeanne Bourguignon (armoirie 1c)

D’(argent) à deux bars en sautoir d’(azur) accompagnés en chef et en pointe de deux merlettes de (sable).

  • Attribution : Bourguignon Jeanne ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ; Galerie ;
  • Emplacement précis : Côté nord ; Sol ;
  • Support armorié : Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1401-1425 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie vierge (armoiries 2a-b)

Armoirie vierge.

  • Attribution : Armoirie vierge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ; Salle capitulaire ;
  • Emplacement précis : Autel ; Au pied des marches ; Sol ;
  • Support armorié : Tombeau ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1376-1400 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie inconnue (armoirie 3a)

De … à la sainte Marguerite.

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle capitulaire ;
  • Emplacement précis : Mur ;
  • Support armorié : Pierre inscrite ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1301-1325 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître). Armoirie Pierre Loisel (armoirie 3b)

D'(argent) à la botte de (gueules) accostée de deux merlettes de (sable).

  • Attribution : Loisel Pierre ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle capitulaire ;
  • Emplacement précis : Mur ;
  • Support armorié : Pierre inscrite ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1301-1325 ;
  • Dans le monument : Paris, Chartreuse de Vauvert (petit cloître)

Recherche

Menu principal

Haut de page