ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (stèle de Guillaume II de Diest)

Cette stèle en grès (116×77 cm) commémore l’élection au siège épiscopal de Strasbourg de Guillaume II de Diest († 6 octobre 1439), le lundi 14 décembre 1394. Vraisemblablement placée à l’origine dans le mur sud de la chapelle de la Vierge de l’hôpital diocésain de Molsheim (Oswald 1987, p. 55), la pierre fut remployée comme dallage sans doute vers 1617, lors de la construction de l’église des Jésuites. Comme seul le dos était apparent, la stèle n’a été redécouverte qu’en 1987, au cours de travaux. Depuis lors, elle est exposée sur le mur ouest de la chapelle Saint-Ignace-de-Loyola (Oswald 2015, p. 87-88).

Stèle commémorative de Guillaume de Diest. Molsheim, église de la Sainte-Trinité et de Saint-Georges (déjà, Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge).

L’inscription commémorative est disposée le long de la bordure, entre deux filets continus. Elle est écrite dans une minuscule gothique très anguleuse : Anno D[omi]ni MCCC / LXXXXIIII die lune XIIII me[n]sis dece[m]br[is] / ven[er]abilis · d[omi]n[u]s Wilhel/m[us] de Diesch electus est in ep[iscopu]m arge[n]t[inensem.

Le texte entoure l’écu personnel du prélat (36×33 cm) (armoirie 2). Celui-ci présente un écartelé aux armes de l’évêché de Strasbourg et de celles de la famille de Guillaume, les seigneurs de Diest dans le Brabant (Riestap 1884, p. 537), que l’on retrouve également sur les sceaux de cet évêque (base Sigilla). Dans la stèle de Molsheim l’armoirie de Guillaume II est cependant augmentée par un écusson en cœur aux armes du landgraviat de Basse-Alsace, qui fait sans doute référence à la concession, en 1384, de ce qui restait des droits du landgraviat à l’évêque de Strasbourg par Wenceslas, roi des Romains (Martin 1955, p. 84). La stèle de Molsheim atteste donc que les armes des évêques strasbourgeois ont intégré l’armoirie de Basse-Alsace bien avant l’épiscopat de Robert du Palatinat (1439-1478), auquel on attribue d’habitude l’introduction de cette augmentation (ibid.).

Nous noterons enfin que l’écu aux armes de Guillaume II est posé sur une crosse et timbré par une mitre ornée de fanons, attributs indiquant la fonction épiscopale (Oswald 1987, p. 50-52). Des traces de polychromie ont été relevées en 1987 : du bleu autour de la crosse, du rouge sur l’écu ainsi que du noir sur quelques lettres, qui étaient sans doute rehaussées de la sorte à l’origine (Oswald 1987, p. 50). L’agencement de l’ensemble rappelle celui des dalles funéraires, même si celle de Guillaume, pourtant enterré à sa demande dans la chapelle de la Vierge en 1439, ne nous est pas parvenue.

Désigné en 1393 par Boniface IX pour remplacer son prédécesseur, qui avait été vaincu par la ville de Strasbourg et déplacé à Utrecht, Guillaume de Diest (ou Diesch) avait eu du mal à se faire accepter localement et ce n’est qu’au terme de plusieurs mois de négociation qu’un accord avec le chapitre cathédral (ou Grand Chapitre) fut trouvé (Rapp 1974, p. 121-123). Contrairement à ce que le texte indique, la stèle commémore donc l’installation de l’évêque à Strasbourg et non son élection (Oswald 1987, p. 54). Il ne se décida d’ailleurs à être consacré qu’en 1420. Si le soulagement du prélat élu est compréhensible, on peut s’interroger sur les raisons de l’exposition d’une telle stèle dans la chapelle hospitalière, au-delà de sa vraisemblable finalité propagandiste (Oswald 1987, p. 54). Avait-elle des équivalents dans les autres établissements épiscopaux ? Ou un lien particulier unissait-il déjà ce prélat à l’hôpital de Molsheim ?

Auteur : Thomas Brunner

Pour citer cet article

Thomas Brunner, Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (stèle de Guillaume II de Diest), https://armma.saprat.fr/monument/molsheim-chapelle-de-lhopital-de-la-vierge-stele-commemorative-de-guillaume-de-diest/, consulté le 01/12/2021.

 

Bibliographie sources

Riestap, Jean Baptiste, Armorial général précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, t. 1, Gouda 1884.

Bibliographie études

Martin, Paul, « Les armoiries de l’Alsace », Revue d’Alsace, 1955, p. 71-93.

Oswald, Grégory, « Une stèle commémorative de l’élection de l’évêque Guillaume de Diest dans l’ancienne église des jésuites de Molsheim », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 1987, p. 49-56.

Oswald, Grégory, « Le mobilier ancien et les trésors artistiques de l’église des Jésuites », dans Oswald, Grégory et Schlaeffli, Louis (dir.), Les Jésuites à Molsheim et ses environs (1580-1765), Molsheim 2015 (Histoire & Patrimoine, 4), p. 73-102.

Rapp, Francis, Réforme et Réformation à Strasbourg, Eglise et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris 1974.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (stèle de Guillaume de Diest). Armoirie Guillaume II de Diest (armoirie 2)

Ecartelé : aux 1 et 4, de (gueules) à la bande d'(argent) (évêché de Strasbourg), aux 2 et 3, d'(or) à deux fasces de (sable), à un écusson de (gueules) à la bande d'(argent) accompagnée de deux cotices fleuronnées d'(or) en cœur sur le tout (Basse-Alsace).

Timbres : une crosse, une mitre.

Recherche

Menu principal

Haut de page