ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (gisant de Jean Ier de Dirpheim)

Ayant fondé l’hôpital diocésain de Molsheim, l’évêque Jean Ier de Dirpheim / Dürbheim († 6 novembre 1328), souhaita y être inhumé (Oswald 2008, p. 120-121 ; voir base Sigilla pour le sceau du prélat). Réalisé dans le second quart du XIVe siècle, son très réaliste gisant polychrome et doré en grès (258×113 cm) s’inscrit dans la veine gothique de celui de son prédécesseur Conrad III de Lichtenberg († 1299), qui se trouve dans la cathédrale de Strasbourg (Ohresser 1956-1957, p. 52 ; Oswald 2020, p. 16). Aujourd’hui disparue, l’épitaphe – dont on ignore l’emplacement – fut relevée à la fin du XVIIIe siècle par l’abbé Grandidier (Grandidier 1866, p. 105) : « Anno Domini MCCCXXVIII octavo idus novembris obiit venerabilis dominus Joannes episcopus argentinensis primus fundator et constructor hujus hospitalis ».

Gisant de Jean de Dirpheim, 1328. Molsheim, église des Jesuites (déjà Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge ).

Comme les autres sculptures de l’église, le monument a été vandalisé durant la Révolution : il fut décapité et jusqu’en 1987, il était accolé à la verticale contre le mur de la chapelle. Restauré en 1989, il a trouvé alors son emplacement actuel dans le transept sud de l’église des Jésuites (Oswald 2015, p. 79-80).

La tête posée sur un coussin, les pieds reposant sur deux lions adossés, le prélat est allongé sur le dos, les yeux ouverts. Il est vêtu pour une messe pontificale : on distingue le fin drapé de l’aube, de la dalmaticelle et de la chasuble sur laquelle une broderie sculptée et peinte figure l’écu de l’évêché de Strasbourg – dont c’est la plus ancienne représentation polychrome connue (armoirie 1) (base Sigilla). Sa mitre dorée, les fanons et ses souliers sont richement ouvragés. Il tient sa crosse dans la main gauche et un riche livre à fermoirs dans l’autre. À gauche du défunt, une frise de vignes a été sculptée et des feuilles de chêne à sa droite.

Auteur : Thomas Brunner

Pour citer cet article

Thomas Brunner, Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (gisant de Jean Ier de Dirpheim), https://armma.saprat.fr/monument/molsheim-chapelle-de-lhopital-de-la-vierge-gisant-de-jean-ier-de-dirpheim/, consulté le 22/10/2021.

 

Bibliographie études

Grandidier, Philippe André, Œuvres historiques inédites, t. 4, Colmar 1866.

Ohresser, Xavier, « Les effigies tombales des anciens évêques de Strasbourg », Rapport annuel du collège épiscopal Saint-Etienne à Strasbourg, 1956-1957, p. 49-56.

Oswald, Grégory, « L’hôpital des pauvres de Molsheim, de sa fondation (1316), à la fin du XVIe siècle », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 2008, p. 119-132.

Oswald, Grégory, « Le mobilier ancien et les trésors artistiques de l’église des Jésuites », dans Oswald, Grégory et Schlaeffli, Louis (dir.), Les Jésuites à Molsheim et ses environs (1580-1765), Molsheim 2015 (Histoire & Patrimoine, 4), p. 73-102.

Oswald, Grégory, Molsheim au Moyen Âge (vers 820-1525), Molsheim 2020 (Histoire & Patrimoine, 7).

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (gisant de Jean Ier de Dirpheim). Armoirie évêché de Strasbourg (armoirie 1)

De gueules à la bande d’argent.

  • Attribution : Evêché de Strasbourg ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Tombeau ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Molsheim église de la Sainte-Trinité et de Saint-Georges ;
  • Technique : Relief en pierre peint ;
  • Période : 1326-1350 ;
  • Dans le monument : Molsheim, chapelle de l'hôpital de la Vierge (gisant de Jean Ier de Dirpheim)

Recherche

Menu principal

Haut de page