ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Monts-sur-Guesnes, château

Si un seigneur de Mons apparaît dans les documents dès le début du XIIe siècle, ce n’est qu’au début du XVe siècle que l’on trouve les premières attestations de l’existence d’un château, quand Charles V accorda à Guy Odart des lettres de guet et de garde pour son château (Durand, Andrault 1995, p. 78). La forteresse fut toutefois reconstruite entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle, même s’il faut avouer que les remaniements successifs de la structure, et notamment du grand logis, font obstacle à une lecture plus précise du monument. Du moins pour ce qui concerne le logis du château, la partie du complexe qui suscite notre intérêt pour la présence d’éléments armoriés, l’idée que le château ait été bâti par Pierre de Brilhac peu après son mariage en 1436 avec l’héritière des Odart – qui lui assura la seigneurie de Mons (Leveel 1990, p. 18) –, semble devoir être évacuée.

Monts-sur-Guesnes, château, détail de la porte d'entrée de la tour.

Monts-sur-Guesnes, château, détail de la porte d’entrée de la tour.

Un premier écu est facilement identifiable dans le tympan du gâble de la porte d’entrée de la tourelle pentagonale qui abrite l’escalier desservant les différents étages du bâtiment résidentiel (armoirie 1). Elle pourrait effectivement dater de la seconde moitié du XVe siècle, comme le suggère sa ressemblance avec la porte de la tour du château de Beaumont, que l’on date des années 1456-1468, par la disposition et la forme des éléments ornementaux (voir les pinacles) et de l’accolade ou, encore, du cadre polylobé qui contient l’armoirie. Malheureusement, cette dernière a été soigneusement martelée et aucune trace de l’enseigne originelle n’est plus lisible. Il est tout de même vraisemblable qu’elle contenait les armes des Brilhac, les seigneur du lieu, comme d’habitude pour ce type de représentations héraldiques placées sur le seuil d’entrée des logis. La présence de l’armoirie de la famille (d’azur à trois fleurs de lis d’argent ; Beauchet-Filleau 1891, I, p. 776) expliquerait d’ailleurs l’application à en faire disparaître toute trace, probablement à la Révolution, vu que les trois lys de Brilhac évoquaient trop clairement l’armoirie royale.

Une datation vers la fin du XVe siècle – donc successive à l’érection en châtellenie du fief par Louis XI peu après 1480 (Durand, Andrault 1995, p. 78) – est par contre suggérée par les caractéristiques formelles de la frise sculptée évoquant une scène de chasse qui accompagne le déroulement de l’escalier à vis (Le patrimoine des communes 2002, p. 688). À ce décor appartient l’ange qui se trouve juste derrière la porte d’entrée.

Monts-sur-Guesnes, château, détail du décor sculpté à l’intérieur de la tour, ange qui tient un écu.

Monts-sur-Guesnes, château, détail du décor sculpté à l’intérieur de la tour, ange qui tient un écu.

La figure a été très abîmée, sûrement d’une façon volontaire, comme en témoigne aussi l’état de conservation des autres sculptures. Dans ses mains, il tenait un écusson armorié (armoirie 2), dont on reconnaît vaguement la forme (notamment, on arrive à identifier la pointe inférieure et la marge supérieure de l’écu), qui a été bûché avec une grande violence. L’armoirie n’est donc plus lisible, mais il devait vraisemblablement de celle du seigneur.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Monts-sur-Guesnes, château, https://armma.saprat.fr/monument/chateau-monts-sur-guesnes/, consulté le 24/10/2021.

 

Bibliographie études

H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. I, Poitiers 1891.

M.P. Leveel, « Trois résurrections en Loudunais », dans Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. 42, 1990, p. 18-19.

P. Durand, J.-P. Andrault (sous la dir.), Châteaux, manoirs et logis. La Vienne, Prahecq 1995.

Le patrimoine des communes de la Vienne, sous la dir. de A. Guihéneuc, R. Toulouse, Paris 2002.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Château, Monts-sur-Guesnes. Armoirie Brilhac (Brillac) (armoirie 1)

(De azur aux trois fleurs de lis d’argent).

  • Attribution : Armoirie bûchée ; Brilhac (Brillac), famille ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Tourelle d'éscalier ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Gable de la porte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Monts-sur-Guesnes, château

Château, Monts-sur-Guesnes. Armoirie Brilhac (Brillac) (armoirie 2)

(De azur aux trois fleurs de lis de argent).

  • Attribution : Armoirie bûchée ; Brilhac (Brillac), famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Tourelle d'éscalier ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Statue ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Monts-sur-Guesnes, château

Recherche

Menu principal

Haut de page