ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Montbrison, Porte de Moingt

 

Capitale politique du Forez et centre du pouvoir comtal, Montbrison fait l’objet d’une vaste campagne de réappropriation symbolique après l’union de Louis II de Bourbon et d’Anne-Dauphine en 1371, scellant l’intégration du comté de Forez aux territoires de la principauté bourbonnaise. Les fortifications de la ville datent de cette période ducale : elles sont envisagées dès le règne du duc Louis II († 1410) aux suites des incursions anglaises, mais ne se concrétisent que sous la supervision de la duchesse Marie de Berry († 1434), qui autorise en 1428 le départ des travaux, lesquels se poursuivent pendant près d’une décennie, jusqu’en 1437 (Mathevot 2011, p. 78). La charte de clôture de 1428 mentionne d’ailleurs déjà, parfois par leurs noms, les quatre portes monumentales de la ville (La Mure 1868, t. 3, p. 191) dont la construction semble donc avoir précédé celle des fortifications. Elles portaient les noms de portes de Moingt, de la Madeleine, de Saint-Jean et de la Croix (celle-ci encore connue sous le nom de porte du Colombier en 1428) et furent démolies avec la majeure partie des remparts de Montbrison en 1792, lors de la Révolution (Mathevot 2011, p. 78). Quelques représentations médiévales et modernes de la ville nous permettent néanmoins d’en connaitre l’apparence et la disposition générale. La porte de Moingt, située au sud de la cité et connectant Montbrison à l’ancienne commune de Moingt, est visible sur une miniature représentant la ville dans l’Armorial de Guillaume Revel (Paris, Bnf, ms. Fr. 22297, p. 437), où elle figure encadrée de deux tours circulaires munies d’archères. Elle est également représentée sur un dessin de la ville réalisé par Etienne Martellange en 1611 (Paris, BnF, dép. est. et photo., RESERVE UB-9-BOITE FT 4) et apparait sur une vue d’ensemble de Montbrison, datant de 1732, actuellement conservée à la Bibliothèque de La Diana.

La ville de Montbrison. Armorial Ravel, Bnf, ms. Fr 22297, p. 437 (© Gallica).

Malgré qu’aucune de ces représentations ne laisse apparaitre de décor armorié sur la façade de la porte, le chanoine La Mure, dans son Histoire des ducs de Bourbons, indique que « se voit en relief l’écuffon de Bourbon » (armoirie 1) (La Mure 1868, t. 2, p. 144) sur les quatre portes principales de la ville. L’auteur précise également que l’écu de la porte de Moingt – qu’il identifie comme étant celui du duc Jean II († 1488) – était « entourné du collier de cet Ordre tiffu de coquilles, & ayant pour cimier la ceinture qui étoit la marque de l’ancien Ordre militaire de Bourbon » (ibid., p. 282). Ce « cimier » est à identifier comme la devise de la ceinture Espérance (base DEVISE), employée par l’intégralité des ducs depuis sa création par Louis II de Bourbon (Hablot 2001, p. 93). Cet emblème, fréquemment décrit par les auteurs modernes comme l’insigne d’un hypothétique ordre de chevalerie bourbonnais – dont l’existence n’a en réalité jamais été démontrée – était un signe d’identité personnel que les ducs de Bourbon mettaient fréquemment en scène dans les compositions emblématiques dont ils ordonnaient la réalisation. Un terminus post quem pour la réalisation du décor de la porte de Moingt est établi par la présence du collier aux coquilles, sans doute celui de l’ordre de Saint Michel fondé par Louis XI le premier août 1469 (Paris, BnF, ms. Fr. 19819, f. 1v).

La ville de Montbrison, détail de la porte de Moingt (supposément). Armorial Ravel, Bnf, ms. Fr 22297, p. 437 (© Gallica).

Si le chanoine La Mure attribuait avec assurance l’armoirie représentée sur la porte à Jean II, il demeure en réalité difficile de préciser davantage la chronologie de cette figuration emblématique, puisque les trois derniers ducs de Bourbons (Jean II, Pierre II et Charles III) furent membres de l’ordre de Saint Michel. Ce décor ne pouvant donc pas dater de la période de l’érection des fortifications, il doit avoir été sculpté entre 1469, date d’intronisation du duc Jean II, dès la première promotion de l’ordre de Saint-Michel, et 1523, date à laquelle le connétable de Bourbon quitte le royaume pour rejoindre les rangs de l’empereur Charles Quint.

Nous noterons par ailleurs que la susmentionnée miniature de l’armorial Revel (Paris, Bnf, ms. Fr. 22297, f. 437) montre également de nombreuses enseignes vexillaires et girouettes aux armes des comtes de Forez et des ducs de Bourbons surmontant plusieurs monuments. Si l’usage d’installer ce type d’éléments armoriés sur le sommet de tours et clochers est bien documenté, leur existence à Montbrison n’est cependant confirmée par aucune source textuelle ni aucun vestige matériel. Leur présence sur la miniature pourrait donc simplement résulter d’une volonté de l’artiste de simplifier l’identification des édifices représentatifs du pouvoir dans la ville.

Auteur : Antoine Robin

Pour citer cet article

Antoine Robin, Montbrison, Porte de Moingt, https://armma.saprat.fr/monument/12189/, consulté le 01/02/2023.

 

Bibliographie sources

La Mure Jean-Marie de, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, en forme d’annales, sur preuves authentiques, Paris 1868.

Paris, BnF, ms. Fr. 19819, Statuts de l’ordre de Saint-Michel.

Bibliographie études

Hablot Laurent, « La ceinture ESPERANCE et les devises des ducs de Bourbon », dans F. Perrot (dir.), Le mécénat religieux des ducs de Bourbon au XVe siècle, Souvigny 2001, p. 91-103.

Mathevot Christophe, « Montbrison », dans P-Y. Laffont (dir.), L’armorial de Guillaume Revel, Lyon 2011, p. 78-90.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Montbrison, Porte de Moingt. Armoirie Bourbon (armoirie 1)

(D’azur à trois fleurs de lys d’or, au bâton de gueules en bande brochant).

Ordre : ordre de Saint-Michel.

  • Attribution : Bourbon famille
  • Devise : Ceinture Espérance.
  • Position : Extérieur
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade
  • Emplacement précis : Mur
  • Support armorié : Inconnu
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1476-1500 ; 1501-1525 ; 1526-1550
  • Dans le monument : Montbrison, Porte de Moingt

Recherche

Menu principal

Haut de page