ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Vouvant, église Notre-Dame

A Vouvant, petite cité construite sur un éperon rocheux dans une méandre de la rivière Mère, , le comte de Poitou et duc d’Aquitaine Guillaume le Grand (c. 969-1030) installe un castrum au début du XIe siècle (Rézeau 2019, p. 11). La bourgade se développe au XIIe siècle à l’intérieur d’une enceinte fortifiée d’environ 1,4 km de longueur, parsemée de 18 tours et renforcée d’un château au nord. A son centre se trouve l’église Notre-Dame, qui est à la fois l’église paroissiale et le siège d’un prieuré dépendant de l’abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Géron 2022). Malgré la destruction de travées occidentales et d’importantes restaurations dans la nef au XIXe siècle, la majeure partie de l’édifice date des XIe-XIIe siècles, mais des remaniements datant du XVe siècle sont également visibles.

Vouvant, église Notre-Dame, vue générale de l’église depuis le nord-est (© C. Brusseau 2020).

Au cours de l’époque médiévale, plusieurs familles se succèdent à la tête de la seigneurie de Vouvant (Géron 2022). Aux chevaliers nommés par les comtes de Poitou pour garder la place, vers 1070 succède Robert de Nevers, sire de Craon, puis vers 1080 son gendre Aimery III, seigneur de Rancon. La seigneurie de Vouvant passe ensuite, par mariage, aux mains de la maison de Lusignan, qui la conserve des environs de 1140 jusqu’en 1247. Un autre mariage transfère alors Vouvant aux barons de Parthenay. En 1419, Jean II de Parthenay se voit confisquer ses seigneuries pour félonie, et Vouvant est offerte cinq ans plus tard par le roi Charles VII au connétable Arthur de Richemont, qui la conserve jusqu’à sa mort en 1458. À cette date, le même Charles VII accorde Vouvant (et la baronnie voisine de Mervent) à Jean, bâtard d’Orléans et comte de Dunois : le fief reste dans sa descendance jusqu’en 1694.

Vouvant, église Notre-Dame, portail nord (© C. Brusseau 2020).

Dans la seconde moitié du XVe siècle, le portail nord est remanié tout en préservant sa base romane (portes en plein cintre, voussures, arc de décharge et deux statues encadrant le tympan, représentant Dalila qui coupe les cheveux à Samson à gauche et Samson terrassant le lion à droite). On y ajoute la corniche sculptée sur le tympan, deux statues (une Vierge à l’Enfant et saint Jean-Baptiste) au-dessus de l’arc de décharge, ainsi que deux ensembles sculptés représentant la Cène et l’Ascension du Christ, qui font la jonction avec le pignon triangulaire. En outre, un relief armorié est ajouté entre le double portail et la corniche du tympan, qui joue ainsi le rôle de larmier (armoiries 1). Si l’écu, ses supports et son timbre sont bien visibles, les armoiries jadis figurées sur le bouclier ont disparu. De différents éléments nous permettent toutefois d’attribuer cet ensemble à Jean de Dunois, bâtard d’Orléans et baron de Vouvant.

Armoiries de Jean de Dunois, baron de Vouvant. Vouvant, église Notre-Dame, portail nord

Armoiries de Jean de Dunois, baron de Vouvant. Vouvant, église Notre-Dame, portail nord (© Ludovic Géron, Wikimedia).

D’abord, l’écu et ses ornements correspondent à ceux utilisés par Dunois sur son sceau (Sigilla) : un écu penché, timbré d’un heaume cimé d’une tête de bélier, supporté par deux aigles essorantes. Ensuite, le fait que les deux statues présentes au-dessus du tympan représentent la Vierge et saint Jean-Baptiste, patrons de Jean et de son épouse, Marie d’Harcourt (van der Moortele 1996, p. 122-123). La Sainte-Chapelle du château de Châteaudun, dont la construction est entamée par le couple, est ainsi dédiée à la Vierge, à saint Jean-Baptiste et aux saints anges. Par conséquent, si les armoiries figurées sur le portail nord de l’église de Vouvant appartiennent à Jean de Dunois, la réalisation de ce décor doit se situer entre 1458, année où Dunois se voit offrir Vouvant par le roi, et 1464, année du décès de Marie d’Harcourt (van der Moortele 1993, p. 122-123), ou 1468, année du décès de Dunois.

Auteur : Clément Brusseau

Pour citer cet article

Clément Brusseau, Vouvant, église Notre-Dame, https://armma.saprat.fr/monument/vouvant-eglise-notre-dame/, consulté le 29/06/2022.

 

Bibliographie études

Géron Ludovic, Vouvant, son histoire et son patrimoine, < https://www.histoire-vouvant.com/patrimoine-de-vouvant/l-eglise-notre-dame/ >.

Rézeau Pierre, Vouvant, la cité millénaire, La Roche-sur-Yon 2019.

Van der Moortele Sylviane, « L’église Notre-Dame de Vouvant », Congrès archéologique de France, 151, Vendée, Paris 1996, pp. 113-126.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Vouvant, église Notre-Dame. Armoirie Jean de Dunois (armoirie 1)

D'(azur à trois fleurs de lis d’or, au lambel d’argent, au bâton d’argent brochant sur le tout).

Cimier : une tète de bélier.

Supports : deux aigles essorants.

  • Attribution : Jean de Dunois ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Portail ; Transept (bras nord) ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1451-1475 ;
  • Dans le monument : Vouvant, église Notre-Dame

Recherche

Menu principal

Haut de page