ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Civaux, tour au Cognum

 

Nommée dans le texte à partir de 1443 (Crozet 1971, p. 195), la Tour au Cognum (ou aux Cognons, du nom de la famille des Connienses qui en avait eu le contrôle en première au XIe siècle : De Huart 1887, p. 444 ), s’élève sur la rive gauche de la Vienne en face du village de Civaux. A l’origine la structure fortifiée se composait de la grand tour carrée, considérée « un des exemples, les plus précoces et les plus simples, des donjons romans de l’Ouest » (Durand, Andrault 1995, p. 353) et datée de l’XIe siècle (ibid.). Relevant de la baronnie de Calais, dans la Basse-Marche, la châtellenie de la Tour au Cognum s’étendait aux paroisses de Lussac, Persac et Moussac (Huart 1887, p. 433).

Civaux, Tour au Cognum, porte armoriée.

Civaux, Tour au Cognum, porte armoriée.

Comme pour d’autres nombreuses forteresses de la région, l’édifice fut renouvelé vers la fin du XVème siècle, c’est-à-dire après la conclusion de la guerre de Cent Ans. Dans l’occasion, on réaménagea notamment les espaces résidentiels de la tour par l’ouverture de grandes fenêtres, la construction d’une grande cheminée (dont il ne resterait qu’un piédroit) et la création d’un nouveau logis adossé à la tour, maintenant en ruine (Baudry 2001, p. 294-295 ; ead. 2011, p. 231).

De cette phase de réfection daterait le portail qui actuellement constitue l’entrée du logis collé à la tour, du côté de la route départementale. La porte est surmontée par une accolade formée par des moulures à section ronde, fréquentes au XVe siècle, qui poursuivent tout au long des piédroits, et ornée par un écu qui porte une armoirie (citée dans Le patrimoine des Communes 2002) à sept fleurs de lis, disposées trois, deux, deux (armoirie 1). Une deuxième armoirie était reproduite dans le tympan d’une autre porte, elle aussi ouverte dans l’enceinte de la propriété sur le côté rue (armoirie 2). Il s’agit clairement d’un remploi d’une architrave attenante à une porte bien plus ancienne. La surface de la pièce a été érodée par les agents atmosphériques et présente quelques fractures. Dans le bouclier nous arrivons quand même à reconnaître la présence de plusieurs fleurs de lis disposées sur trois rangées.

Civaux, Tour au Cognum, armoirie, porte armoriée, détail de la seconde armoire.

Civaux, Tour au Cognum, armoirie, porte armoriée, détail de la seconde armoire.

Si l’armoirie qui apparaît sur la première porte pourrait bien dater de l’époque des travaux de restauration, cette dernière semble plus ancienne, pour la forme allongée de l’écu, aussi que pour la présence d’éléments anthropomorphes dans l’ornementation du cadre supérieur et de la petite accolade placée juste en dessus de la pointe de l’armoirie. Une datation comprise entre la seconde moitié du XIVe siècle et le premier quart du XVe nous semblerait donc plausible.

La ligne en relief qui encadre les deux armes devra être interprétée comme un expédient adopté par le sculpteur pour mettre en valeur l’armoirie plutôt comme une brisure de l’enseigne familiale, dont l’identification demeure cependant incertaine. A ce propos il sera tout de même intéressant de signaler que la famille Saint-Savin, qui eut la seigneurie de la Tour au Cognum dès le début du XIV siècle (Huart 1887, p. 444), aurait porté « d’azur à la fasce ondée d’argent accompagnée de 5 fleurs de lys de même, 3 en chef et deux en pointe » (ibid., p. 444, note 1).

 

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Civaux, tour au Cognum, https://armma.saprat.fr/monument/tour-au-cognum-civaux/, consulté le 28/02/2024.

 

Bibliographie études

G. de Huart, « Persac et la châtellenie de Calais : études historiques sur la Marche du Poitou », dans Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 2, 10, 1887, p. 65-486.

R. Crozet, « Recherches sur les sites de châteaux et lieux fortifiés en Haut-Poitou au Moyen Age », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4ème série, 11, 1971, p. 187-217.

P. Durand, J.-P. Andrault (sous la dir.), Châteaux, manoirs et logis. La Vienne, Prahecq 1995.

M.-P. Baudry, Les Fortifications des Plantagenêts en Poitou 1154-1242, Paris 2001.

Le patrimoine des communes de la Vienne, sous la dir. de A. Guihéneuc, R. Toulouse, Paris 2002.

M.-P. Baudry, Châteaux «romans» en Poitou-Charentes Xe-XIe siècle, La Crèche 2011.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Civaux, Tour au Cognum. Armoirie Saint-Savin ? (armoirie 1)

D'(azur ?) à sept fleurs de lis d'(argent ?), placées 3, 2, 2.

  • Attribution : Saint-Savin, famille
  • Position : Extérieur
  • Étage : Rez-de-chaussée
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur d'enceinte
  • Emplacement précis : Porte
  • Support armorié : Accolade ; Architrave
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1401-1425 ; 1426-1450 ; 1451-1475 ; 1476-1500
  • Dans le monument : Civaux, tour au Cognum

Civaux, Tour au Cognum. Armoirie Saint-Savin ? (armoirie 2)

D'(azur ?) à sept ? fleurs de lis d’argent ( ?), posées 3, 2, 2.

  • Attribution : Saint-Savin, famille
  • Position : Extérieur
  • Étage : Rez-de-chaussée
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur d'enceinte
  • Emplacement précis : Porte
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1351-1375 ; 1376-1400 ; 1401-1425 ; 1426-1450
  • Dans le monument : Civaux, tour au Cognum

Recherche

Menu principal

Haut de page