ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Parthenay, porte Saint-Jacques

Placée sur le coté nord, la porte Saint-Jacques constitue la seule conservée parmi les quatre qui s’ouvraient jadis dans l’enceinte de la ville de Parthenay. Bâtie sur la route qui mène en direction de Bressuire et Thouars et ouvrante sur l’axe qui traversait la ville du nord à sud, elle daterait, dans ses parties les plus anciennes, des années 1203-1230 ( Maxwell 2007, p. 23 ; Baudry, Cavaillès 2005, p. 26). Elle fut plusieurs fois remaniée au cours des siècles, notamment entre la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance. Flanquée par deux tours plaines saillantes, en forme d’amande, cette porte est couronnée par une imposante structure de mâchicoulis, reconstruite vers la fin du XIXe siècle (Baudry, Cavaillès 2005, p. 26-27).

Sur le front externe de la porte, au dessus de la baie d’entrée sont encastrés deux reliefs, sculptés dans une pierre blanche, différente par rapport à celle qui a été utilisée pour l’appareillage de la structure. Sévèrement endommagés et usés par les intempéries, les deux fragments sont aujourd’hui difficilement lisibles. Celui de gauche est orné d’un écusson surmonté d’une couronne probablement ducale, comme le laisserait penser l’absence de fleurons (armoirie 1).

Armoirie Orléans-Longueville. Parthenay, Porte Saint-Jacques, coté nord.

Armoirie Orléans-Longueville. Parthenay, Porte Saint-Jacques, coté nord.

Il était vraisemblablement soutenu par deux génies ailés : les ailes du personnage de droite sont encore bien lisibles et on décèle, traversant sa poitrine, la bretelle pour suspendre un carquois sur le dos. L’écusson, à l’intérieur duquel on voit encore une fleur de lys en haut à gauche, semble avoir été encadré par deux colliers : celui de l’Ordre du Saint-Esprit, avec des flammes – visibles en bas à gauche – et celui de Saint-Michel, avec des coquilles que l’on devine dans les éléments en sailles des deux côté de l’écu. L’ensemble était ensuite complété par deux branches végétales (de palmier ?) et, aux extrémités du fragment sculpté, par deux vases dont sortaient des flammes. Le panneau de droite porte une composition tout à fait similaire. Au centre, un écusson en forme de tête de cheval (ou de chanfrein) est chargé d’une armoirie fascée à la bande brochant (une ligne diagonale semble traverser l’écu) (armoirie 2). Il est tenu par deux personnages : sur la droite, un homme habillé d’une armure à l’ancienne – comme l’indiquent l’aspect des éléments de protection de sa jambe gauche –, sur la gauche, une figure très abîmée et presque illisible, qui pourrait appartenir à un animal (un bouquetin ? un griffon ?).

Les deux armoiries ont récemment été attribuées à Louis II d’Orléans, duc de Longueville, qui fut seigneur de Parthenay en 1516-1536 (Fleuret 1994, p. 73 ; Verdon 1997) et à Jean d’Orléans, archevêque de Toulouse, qui  avait donné 500 livres en 1523 pour compléter la reconstruction des fortifications de la ville (Ledain 1876, p. 236 ; Baudry, Cavaillès 2005, p. 26). L’identification demeure à notre avis problématique. D’abord, parce qu’il n’y a aucune trace des enseignes épiscopales qui auraient dû accompagner l’armoirie de l’évêque Jean. Ensuite, parce que les qualités formelles des deux reliefs semblent correspondre à une datation plus avancée, entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe. Enfin, parce que rien n’assure que les deux fragments aient fait partie dès l’origine de la porte monumentale. Au contraire, ils auraient pu appartenir à un autre édifice et avoir été remployés à l’emplacement actuel dans un deuxième temps. Les deux compositions héraldiques ne sont pas placées à la même hauteur et présentent des encadrements tout à fait différents : dans celle de droite, le cadre inferieur est mouluré et parcouru par des fleurs charnues, tandis que celui de la pièce à l’armoirie royale semble plat et dépourvu d’éléments ornementaux.

Armoirie de la ville de Parthenay (?). Parthenay, Porte Saint-Jacques, coté nord.

Armoirie de la ville de Parthenay (?). Parthenay, Porte Saint-Jacques, coté nord.

Il faut donc repartir de l’identification proposée par Bélisaire Ledain qui écrivait en 1876 et voyait les armories dans des conditions de conservation surement meilleures de celles actuelles, même si déjà « martelées » (Ledain 1876, p. 4; Id. 1894, p. 22). Il y reconnaissait les armes des L’Archevêque, seigneurs de Parthenay jusqu’en 1427. En effet, l’écusson sur la droite (armoirie 2) représentait les armes des L’Archevêque, mais il s’agissait probablement d’une armoirie qui était utilisée à l’époque par le corps de ville – une institution urbaine est documenté dès le milieu du XVe siècle (Fleuret 1994, p. 88-93) – comme on le voit dans le moulage du sceau à contrats reproduit sur la cloche de la porte dite de l’Horloge, faite « refaire par vray les habitants de Parthenay ». L’armoire de gauche (armorie 1) devait appartenir au seigneur de la ville. Si l’identification avec un membre de la famille Orléans-Longueville est correcte, il faudra toutefois le rechercher plutôt parmi les descendants de Louis II d’Orléans, tels Léonor de Longueville, seigneur de 1551 à 1573 et membre de l’Ordre de Saint-Michel et de Saint-Georges ; Henry d’Orléans (1568-1595), qui fut seigneur de Parthenay en 1573-1595 et chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit et de l’Ordre de Saint-Michel ; ou, encore, Henri II dOrléans (1595-1663), seigneur de Parthenay en 1595-1641, lui aussi chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit et de l’Ordre de Saint-Michel.

Auteurs : Matteo Ferrari, Laurent Hablot

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Laurent Hablot, Parthenay, porte Saint-Jacques, https://armma.saprat.fr/monument/porte-saint-jacques-parthenay/, consulté le 24/10/2021.

 

Bibliographie études

B. Ledain, La Gâtine historique et monumentale, Paris 1876.

B. Ledain, « Parthenay (Deux-Sèvres) », dans J. Robuchon, Paysages et monuments du Poitou, Paris 1894, p. 1-28.

L. Fleuret, La ville de Parthenay à la fin du Moyen Âge, Parthenay 1994.

M.-P. Baudry, M. Cavaillès, « L’enceinte urbaine de Parthenay », dans Les enceintes urbaines (XIIIème-XVIème siècles), actes du 121ème congrès des sociétés historiques et scientifiques (Nice 1996) Nice 1999, p. 16-31.

A. Verdon, « Les portes fortifiées de Parthenay », dans Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sevres, s. 3, 5, 1997, p. 335-434.

M.-P. Baudry, M. Cavaillès, Le château et les fortifications de Parthenay, Parthenay 2005.

R.A. Maxwell, The art of medieval urbanism. Parthenay in Romanesque Aquitaine, Pennsylvania 2007.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Porte Saint-Jacques, Parthenay. Armoirie Orléans-Longueville (armoirie 1)

De (azur) à (trois) fleurs de lys de (or), au lambel à trois pendants de (argent), au bâton péri en bade de (argent).

  • Attribution : Orléans-Longueville, famille ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Porte urbaine ;
  • Emplacement précis : Mur nord ;
  • Support armorié : Relief ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1551-1600 ; 1601-1700 ;
  • Dans le monument : Parthenay, porte Saint-Jacques

Porte Saint-Jacques, Parthenay. Armoirie Parthenay-L’archevêque (armoirie 2)

Burelé d'(argent) et d'(azur), à la cotice de (gueules) brochant sur le tout.

  • Attribution : Parthenay-L’archevêque, famille ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Porte urbaine ;
  • Emplacement précis : Mur nord ;
  • Support armorié : Relief ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1551-1600 ; 1601-1700 ;
  • Dans le monument : Parthenay, porte Saint-Jacques

Recherche

Menu principal

Haut de page