ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Paris, Hôtel de Sens

En 1296, Etienne Béquard, archevêque de Sens, acheta à ses frais une maison avec jardin et dépendance située dans l’ancien quartier Saint-Paul, secteur de la ville de Paris prisé par les seigneurs ecclésiastiques. A sa mort, en avril 1309, il la légua par testament aux archevêques ses successeurs (Prou 1885, p. 48-50). En 1361 elle passa dans les mains de Charles V qui, envisageant la construction d’une résidence hors des remparts de Philippe Auguste, la réunit à l’ensemble de bâtiments qui allaient former l’hôtel Saint-Pol (Bournon 1879, p. 68-69). Avec l’acquisition par le roi de la première résidence des archevêques de Sens, ces derniers s’installèrent, depuis 1365, dans l’hôtel d’Hestomesnil. Archevêque de 1474 à 1519, Tristan de Salazar récupéra cette résidence qui versait désormais dans un état d’abandon (ibid., p. 51), jeta au sol les structures anciennes et éleva à leur place une demeure somptueuse en style flamboyant. En forme de triangle, elle était composée par deux corps de bâtiments principaux, reliés par un logis donnant sur le jardin. Le chantier avait vraisemblablement débuté après février 1498, quand l’archevêque de Sens passa un marché avec des maçons pour la construction de l’aile sud « au long de la rue de la Mortellerye » (Bos 2001, p. 327-328). Les travaux de reconstruction étaient bien avancés en 1507 quand la résidence résulte habitée (Prou 1885, p. 58), mais ils ne furent pourtant terminés que quelques années plus tard par les archevêques Etienne de Poncher et Antoine Duprat. Louée à bail à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, puis divisée en plusieurs appartements, la résidence connut une phase de décadence.

Louis Boudan, Veue de l’hostel de Sens a Paris. Paris, BnF (Collecta).

Devenu Bien national à la suite de la loi du 2 novembre 1789, l’hôtel de Sens fit l’objet de mutilations, commanditées par le gouvernement révolutionnaire, visant notamment la destruction des élément héraldiques et emblématiques qui en ornaient les murs, à l’extérieur tout comme à son intérieur. Un certain Grelet, entrepreneur en bâtiment, avait été chargé de l’opération, le 26 septembre 1793, par la Section de l’Arsenal de Paris : il devait « rayer et effacer tous les titres, marques de féodalité tenant à l’ancien régime, imprimés sur les murs de l’hôtel de Sens » (Lambeau 1921, p. 189). Les armoiries, tout comme les fleurs de lys et les autres images censées dater de l’époque gothique furent donc martelées et détruites, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’édifice, par les compagnons de ce Grelet qui, entre temps, avait été appelé aux armes (ibid.). La destruction de ces éléments nécessita d’un mois de travail et de l’emploi d’un échafaudage de cordes suspendu. Le compte rendu des travaux effectués mentionne ainsi la destruction, entre autres, de « différentes armoiries, prises dans la masse, avec leurs flèches formant portails » et de dix écussons en pierre sous la voûte (des clefs de voûte armoriées ?), mais aussi le retournement des plaques de cheminées dont certaines sans doute ornées d’armoiries (ibid., p. 190). Le travail fut conduit avec grand zèle, à tel point que Troche, en 1847, certifiait que « ces blasons et ornements ont disparu sous le ciseau révolutionnaire » (Troche 847, p. 157).

Louis Boudan, Veue de la grande porte de l’hostel de Sens a Paris pres le port St Paul. Paris, BnF (Collecta).

Les relevés exécutés pour Roger de Gaignières et les quelques traces encore visibles au XIXe siècle permettent pourtant d’avoir une idée des éléments héraldiques qui pouvaient orner cette résidence, dont l’aspect extérieur sévère rappelle les formes d’un manoir plutôt que d’une résidence urbaine (voir les tourelles construites sur les angles de l’édifice). Comme d’habitude, le portail principal – celui sur l’actuelle rue du Figuier – présentait un tympan orné d’armoiries (Paris, BnF, Dép. Estampes et photographie, inv. VA-248(C)-FOL : Collecta). Suivant une solution très répandue à la fin du Moyen Âge, trois écussons armoriés trouvaient place à cet endroit, suivant un ordre hiérarchique bien établi, sur un fond mélangeant des étoiles et des panelles, meubles des armes Salazar. Au milieu se trouvait un écu aux armes de France (à trois fleurs de lys) (armoirie 1), encadré par le collier de l’ordre de Saint-Michel et timbré par un heaume couronné, accompagné, d’un côté et d’autre, par deux écus armoriés : à dextre, par l’armoirie du chapitre métropolitain de Sens « surmonté d’une croix et d’un chapeau à cordelettes pendantes » (armoirie 2), tenu par deux anges et complété par un phylactère inscrit avec les mots « Saint Estienne de Sens », et, à senestre, par l’armoirie de Tristan de Salazar († 1519) (armoirie 3) surmontée « d’une croix et du chapeau à cordelettes » et soutenue par « deux grands oiseaux ou chimères, aux ailes éployées », probablement des colombes, comme l’on voyait également sur le tombeau dans la cathédrale de Sens (Paris, BnF, Dép. estampes et photographie, RESERVE PE-6-FOL : Collecta)  (dans l’hôtel parisien l’écu était également accompagné par les mots, inscrits dans une banderole, « Tristan de Salazar, archevesque de Sens » : Lambeau 1921, p. 192).

Les vantaux de la porte, à en croire au dessin de Louis Boudan, étaient ornés par une plaque aux armes non d’Antoine Duprat (Troche 1847, p. 155 et note 1), mais d’Etienne Poncher (armoirie 4), comme le révèle une comparaison avec le tombeau de l’archevêque jadis dans la cathédrale de Sens (Paris, BnF, Dép. Estampes et photographie, RESERVE PE-6-FOL : Collecta) : ils ont été supprimés en 1844 par M. Leroy, propriétaire de l’hôtel (Troche 1847, p. 155 et note 1 ; sur l’exposition des armoiries à cet endroit voir la maison rue Gambetta à Poitiers). A côté de cette porte cochère, la porte piétonne présentait elle aussi un tympan à l’ornementation héraldique, mélangeant les meubles (étoiles de six rais et panelles), qui composaient l’armoirie Salazar, vraisemblablement sculptés en relief et peints. Les armes de Tristan de Salazar étaient ensuite sculptées aussi sur la lucarne de la fenêtre surmontant l’entrée principale de l’hôtel, comme le documente le dessin de Boudan (Paris, BnF, Dép. Estampes et photographie, VA-248(C)-FOL : Collecta) et l’on saisie encore dans les esquisses réalisé par François-Alexandre Pernot avant 1875 (Paris, Musée Carnavalet, inv. D.6564) et par Aglaüs Bouvenne en 1870 (ibid., inv. D.12782(armoirie 5). Réduites à une silhouette au milieu du XIXe siècle (Troche 1847, p. 158), elles ont été restaurées par la suite, en ajoutant le chapeau et le phylactère qui n’étaient probablement pas présents dans la composition d’origine. Nous n’avons en revanche aucune information sur deux autres écussons visibles, dans le dessin de Louis Boudan, sur un élément en saillie (une lucarne ?) couronnant la tourelle nord de la façade. Leur ressemblance avec l’armoirie Salazar que l’on vient de voir laisse croire qu’ils portaient également les armes de l’archevêque de Sens (armoiries 6a-b).

Louis Boudan, Vue de la petite porte de l’hostel de Sens dans la rue de la Mortellerie a Paris. Paris, BnF (Collecta).

La petite porte donnant sur la rue de la Mortellerie (actuelle rue de l’Hôtel de ville) était en revanche ornée d’un tympan présentant (Paris, BnF , Dép. Estampes et photographie, inv. VA-248(C)-FOL : Collecta), probablement encore sur un fond d’étoiles et de panelles (Troche 1847, p. 158), seulement les armes de l’archevêque de Sens (« Tristan de Salazar archevesque de Sens » était marqué dans le phylactère déployé dans la partie inférieure) ; tenues par deux colombes ( ?), elles étaient posées sur une croix et surmontées par un chapeau à cordelière (armoirie 7). La réalisation et l’ornementation emblématique de cette ouverture avaient été déjà prévus au moment du marché passé, le 14 février 1298, avec les maçons chargés de la construction de cette aile de la résidence. Il avait été en effet établi de « en icelui pan de mur, faire une grant porte […] laquelle sera faicte de pierre de taille garnye d’un larmier et deux reprinses et les armes de mond. seigneur s’il luy plaist » (Bos 2002, p. 328 ; Corrozet 1586, p. 212 semble donner lui aussi une description de ce portail avec les armes de l’archevêque). De même, le contrat spécifie que la porte dans l’axe de ce portail sur le côté cour aurait pu être « ainsi qu’il plaira a mond. seigneur […] armoriée aux armes de mond. seigneur » (Bos 2002, p. 328) (armoirie 8).

A l’intérieur de la cour, les armes de Tristan de Salazar, posées sur une croix, étaient sculptées aussi sur le tympan de la grande baie vitrée qui éclairait, au premier étage du corps de logis principal, la chapelle privée des archevêques de Sens (armoirie 9) (Troche 1847, p. 159) et, encore, sur un élément en saillie (une bretèche ?), couronnée de créneaux, situé dans la partie haute de la tour hors œuvre abritant la cage d’escalier (armoirie 10) (Troche 1847, p. 160 ; Prou 1885, p. 57 parle d’un semé d’étoiles). En fin, la porte d’accès à la tour était probablement elle aussi ornée des armes du fondateur, cependant totalement disparues déjà au milieu du XIXe siècle (Troche 1847, p. 160).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Paris, Hôtel de Sens, https://armma.saprat.fr/monument/paris-hotel-de-sens/, consulté le 17/10/2021.

 

Bibliographie sources

Tombeau d’Etienne Poncher, archevêque de Sens. Paris, BnF, Dép. Estampes et photographie, RESERVE PE-6-FOL (Collecta).

Louis Boudan, Veue de l’hostel de Sens a Paris. Paris, BnF, Dép. Estampes et photographie, VA-248(C)-FOL (Collecta).

Louis Boudan, Veue de la grande porte de l’hostel de Sens a Paris pres le port St Paul. Paris, BnF, inv. VA-248(C)-FOL (Collecta).

Louis Boudan, Vue de la petite porte de l’hostel de Sens dans la rue de la Mortellerie a Paris. Paris, BnF, inv. VA-248(C)-FOL (Collecta).

Bibliographie études

Bos, Agnès, « Paris. Deux documents inédits sur l’architecte Jean de Felin (1488) et sur l’hôtel des archevêques de Sens », Bulletin Monumental, 159, 4, 2001, p. 327-328.

Bournon, Fernand, « L’hôtel royal de Saint-Pol », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 6, 1879, p. 54-179.

Corrozet, Gilles, Antiquitez, chroniques et singularitez de Paris, Paris 1586.

Lambeau, Lucien, « Communication de M. Lucine Lambeau sur la suppression, pendant la Révolution, des signes de la féodalité et de la superstition à l’hotel de Sens », Procès-verbaux de la commission municipale du Vieux Paris, 1921, p. 188-193.

Prou, Maurice, « Recherches sur les hôtels de l’archevêché de Sens à Paris », Bulletin de la Société archéologique de Sens, 13, 1885, p. 47-75.

Troche, Nicolas-Michel, « Notice historique sur l’hôtel de Sens, ancienne résidence à Paris des archevêques de Sens », Revue archéologique, 1, 1847, p. 146-163.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie roi de France (armoirie 1)

D'(azur) à trois fleurs de lys d'(or), surmonté d’un heaume avec couronne.

Ordre : collier de l’Ordre de saint Michel.

Lambrequin : de …

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Portail ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Chapitre métropolitain de Sens (armoirie 2)

De … à la croix de … cantonnée de 4 crosses de …, posé sur une croix et timbré d’un chapeau d’archevêque.

  • Attribution : Chapitre métropolitain de Sens ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Portail ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 3)

Écartelé, aux 1 et 4 de (gueules) à cinq étoiles d'(or) de six rais ; aux 2 et 3 d'(or) à cinq panelles de (sable), posé sur une croix et timbré d’un chapeau d’archevêque.

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Portail ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1376-1400 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Etienne Poncher (armoirie 4)

D'(or) au chevron de (gueules) chargé d'(une tête de maure) et accompagnée de trois coquilles de (sable), posé sur une croix et timbré d’un chapeau d’archevêque.

  • Attribution : Poncher Etienne ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Portail ;
  • Support armorié : Porte et boiseries ; Vantail ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Ferronnerie ;
  • Période : 1501-1525 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 5)

Écartelé, (aux 1 et 4 de gueules à cinq étoiles d’or de six rais ; aux 2 et 3 d’or à cinq panelles de sable).

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Toit ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Fenêtre ; Lucarne ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar ? (armoiries 6a-b)

Écartelé, aux 1 et 4 de (gueules à cinq étoiles d’or de six rais ; aux 2 et 3 d’or à cinq panelles de sable).

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Toit ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Échauguette ;
  • Emplacement précis : Fenêtre ; Lucarne ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 7)

Écartelé, aux 1 et 4 de (gueules) à cinq étoiles d'(or) de six rais ; aux 2 et 3 d'(or) à cinq panelles de (sable), posé sur une croix et timbré d’un chapeau d’archevêque.

Tenants : deux colombes ?

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Corps de bâtiment sud ;
  • Emplacement précis : Portail ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 8)

(Écartelé, aux 1 et 4 de gueules à cinq étoiles d’or de six rais ; aux 2 et 3 d’or à cinq panelles de sable ?),

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Corps de bâtiment sud ; Cour ;
  • Emplacement précis : Porte ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 9)

(Écartelé, aux 1 et 4 de gueules à cinq étoiles d’or de six rais ; aux 2 et 3 d’or à cinq panelles de(sable, posé sur une croix).

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Fenêtre ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Paris, Hôtel de Sens. Armoirie Tristan de Salazar (armoirie 10)

(Écartelé, aux 1 et 4 de gueules à cinq étoiles d’or de six rais ; aux 2 et 3 d’or à cinq panelles de sable).

  • Attribution : Salazar Tristan de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Tourelle d'éscalier ;
  • Emplacement précis : Bretèche ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Paris, Hôtel de Sens

Recherche

Menu principal

Haut de page