ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine)

Strictement lié aux Antonites, Charles V leur avait donné en 1361, quand il était encore dauphin, une maison située entre la rue Saint-Antoine et celle du Roi de Sicile, dans la paroisse de Saint-Paul, pour qu’ils soignent les malades d’ergotisme (Raunié 1890, p. 110). Si une commanderie hospitalière s’installa effectivement à cet endroit dès 1366, la fondation de l’église par le roi ne date que de 1371 (ibid., p. 111, note 1). Ce fut toutefois Hugues de Châteauneuf, commandeur de Flandre et de Paris entre 1375 et 1417, qui porta à terme les travaux de l’édifice et de l’hospice annexe (Sandron 2001, p. 92). Consacrée en 1442 d’après le témoignage d’une inscription perdue (De Breul 1639, p. 742), l’église était de dimensions modestes : formée d’un vaisseau unique culminant dans une abside pentagonale, elle était couverte par un toit en charpente. La commanderie fut supprimée en 1615 et à sa place fut installé un séminaire pour les jeunes religieux de l’ordre (Gabourd 1864, p. 228). Vendus comme biens nationaux en 1798, l’église et le monastère ont été partiellement détruits en 1804, puis totalement rasés en 1865 (Raunié 1890, p. 112).

Truschet et Hoyau, Plan de Paris (vers 1550), détail avec le Petit-Saint-Antoine.

Les statues des fondateurs, Charles V et Jeanne de Bourbon sa femme, étaient placées dans les embrassements du portail d’entrée, d’un côté et d’autre de la statue de saint Antoine, située sur le trumeau central (Raunié 1890, p. 111, note 4), tandis que les armoiries d’Hugues de Châteauneuf, étaient gravées sur un contrefort à l’extérieur de l’église (Fréchet 1989, p. 11) (armoirie 1). Le sol de l’église était émaillé de tombeaux dont, pour la plupart, nous ignorons s’ils portaient les armoiries des défunts. Les plus anciens, datant du XVe siècle, étaient placés dans la nef. Les sources rappellent celui de Pierre de Bar († 1415), roi d’armes du roi de Navarre, et de sa femme Lucie ; celui de Pierre de Maignac († 1425) et de sa femme Mairie Alory († 1436) ; celui de Jean Piédefer († 1452) et de Marie Barbery († 1409), sa femme. Le tombeau de Guillaume de Neauville († 1438) et de Marguerite de Marades († 1416), sa femme, était en revanche placé devant la chapelle de Sainte-Marguerite (Raunié 1890, p. 117 et ss.). Sur le pilier séparant les deux arcades servant d’entrée à la chapelle Saint-Claude, une pierre inscrite avec les épitaphes de Charles († 1504) et de Pierre († 1532) de la Vernande portait également quatre écussons aux armes de la famille (Raunié 1890, p. 124) (armoiries 2a-d).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine), https://armma.saprat.fr/monument/paris-commanderie-saint-antoine-petit-saint-antoine/, consulté le 01/12/2021.

 

Bibliographie études

Du Breul, Jacques, Le Théâtre des antiquitez de Paris, Paris 1639.

Fréchet, Georges, « Les Antonins à Paris des origines à la réforme de 1619 », Mémoires publiés par la Féderation des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, 40, 1989, p. 7-36.

Gabourd, Amédée, Histoire de Paris depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 2, Paris 1864.

Raunié, Emile, Epitaphier du vieux Paris, t. 1, Saint-André-des-Arcs, Saint-Benoît, Paris, Imprimerie Nationale, 1890, p. 109-112.

Sandron, Dany, « Architecture religieuse. Le roi et les églises », dans F. Pleybert (dir.), Paris et Charles V : arts  et architecture, Paris 2001, p. 91-104.

Armoiries répertoriées dans ce monument

Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine). Armoiries De la Vernande (armoiries 4a-d)

(De gueules au palmier d’or, accosté de deux étoiles d’or).

  • Attribution : De la Vernande famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle latérale sud ;
  • Emplacement précis : Pilier ;
  • Support armorié : Inscription ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1501-1525 ; 1526-1550 ;
  • Dans le monument : Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine)

Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine). Armoirie Hugues de Chateauneuf (armoirie 1)

(De gueules à trois tours d’or au tau d’azur ? en abîme).

  • Attribution : Chateauneuf Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Emplacement précis : Contrefort ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1376-1400 ; 1401-1425 ;
  • Dans le monument : Paris, commanderie Saint-Antoine (Petit-Saint-Antoine)

Recherche

Menu principal

Haut de page