ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (pierre tombale d’Adélaïde de Mullenheim)

Cette dalle funéraire (148×71 cm) a été découverte en 1987 dans la chapelle de la Vierge, à 40 cm sous le niveau du sol, lors de travaux dans l’église. Elle se trouvait à une soixantaine de centimètres à la droite de la dalle funéraire d’Anne d’Andlau. Elle a été depuis lors accrochée au mur ouest de la chapelle Saint-Ignace-de-Loyola (Oswald 2008, p. 128-129).

La dalle comprend deux écus en relief en creux (23×18 cm) disposés côte à côte dans la partie supérieure (armoiries 5-6), et une épitaphe écrite en bordure entre deux filets droits dans une minuscule gothique proche de celle d’Anne d’Andlau : [+] Anno D[omi]ni /M°/ CCCC° XI XVI ·k[a]l[endas] octob[ris] o[biit] Adelhei/t filia Ioh[ann]is / Vlrici de Mvlnhei[m] militis (nous remarquerons que le m  du millésime a été ajouté hors cadre suite, à un oubli du lapicide).

Dalle funéraire d’Adélaïde de Mullenheim. Molsheim, église des Jésuites (déjà Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge) (® G. Oswald).

On ignore si, à l’instar d’Anne d’Andlau, Adélaïde († 16 septembre 1411) était encore une enfant au moment de son décès, mais elle n’était pas (encore ?) mariée. Elle appartenait par son père, le chevalier (miles) Jean Ulrich (III ?) de Mullenheim, à la branche dite « Bischof » de l’un des principaux lignages patriciens de Strasbourg, descendant du riche monnayeur Henri Ier de Mullenheim (Weill 1967, p. 287). La famille était possessionnée depuis 1386 à Dorlisheim (Metz 1996, col. 2736), ce qui pourrait expliquer l’inhumation d’Adélaïde dans la ville voisine de Molsheim.

L’écu paternel aux armes des Mullenheim (connues également par le biais de plusieurs empreintes de sceaux : base Sigilla) figure donc à dextre (Knidler von Knobloch 1919, p. 131) (armoirie 5), tandis qu’à senestre se trouve celui de la famille de sa mère, non identifiée (armoirie 6). Jean Ulrich III († 1422) aurait été l’époux d’une certaine Adheleid Loeselin (Knidler v. Knobloch 1919, p. 136), mais l’armoirie sculptée sur la dalle rattache la mère de la défunte plutôt aux Stauffenberg, lignage noble de Haute-Alsace (Bischoff 2000, col. 3729-3730). La branche principale de ce lignage portait d’argent au calice de gueules, comme on peut le voir sur le panneau représentant la crucifixion du Christ du retable de Stauffenberg (ca. 1460, Musée d’Unterlinden de Colmar) et dans l’Armorial de Conrad Grünenberg à la fin du XVe siècle (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, ms. Cgm 145, f. 245r). On en a sans doute ici la variante à trois calices d’une branche cadette.

Auteur : Thomas Brunner

Pour citer cet article

Thomas Brunner, Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (pierre tombale d’Adélaïde de Mullenheim), https://armma.saprat.fr/monument/molsheim-chapelle-de-lhopital-de-la-vierge-pierre-tombale-dadelaide-de-mullenheim/, consulté le 06/03/2021.

 

Bibliographie sources

Munich, Bayerische Staatsbibliothek, ms. Cgm 145, Grünenberg, Konrad, Das Wappenbuch Conrads von Grünenberg, Ritters und Bürgers zu Constanz.

Bibliographie études

Bischoff, Georges, « Stauffenberg (Bock de/von) », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fasc. 35, Strasbourg, 2000, col. 3729-3730.

Knidler von Knobloch, Julius, Oberbadisches Geschlechterbuch, t. 3, M-R, Heidelberg, 1919.

Oswald, Grégory, « L’hôpital des pauvres de Molsheim, de sa fondation (1316), à la fin du XVIe siècle », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 2008, p. 119-132.

Metz, Bernhard, « Müllenheim von (xiiie-xive siècles) », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fasc. 27, Strasbourg, 1996, col. 2734-2737.

Weill, Georges, « Origines du patriciat strasbourgeois aux XIIIe et XIVe s.: les lignages Zorn et Mullenheim, Bulletin philolologique et historique (jusqu’à 1610), année 1967 (1969), vol. 1, p. 252-302.

 

Légende photo :

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (pierre tombale d’Adélaïde de Mullenheim). Armoirie Jean Ulrich de Mullenheim (armoirie 5)

De (gueules) à une rose d'(argent), boutonnée d'(or), à la bordure d'(or).

Molsheim, chapelle de l’hôpital de la Vierge (pierre tombale d’Adélaïde de Mullenheim). Armoirie Stauffenberg ? (armoirie 6)

D’(argent ?) à trois calices de (gueules ?).

Recherche

Menu principal

Haut de page