ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Lessay, abbaye Sainte-Trinité

L’abbaye bénédictine de Lessay fut fondée vers 1056 par Richard Turstin Haldup, baron de La Haye-du-Puits et par sa Femme Emma, qui firent don à la communauté religieuse de tous leurs biens situés dans la paroisse Sainte-Opportune et dans les environs. La charte de fondation fut confirmée en 1080 par Eudes au Capel – fils du couple et sénéchal de Guillaume le Conquérant – qui à sa mort, en 1098, sera inhumé dans l’église abbatiale (De Gerville 1825, p. 63-64). L’abbaye bénéficia par la suite d’autres donations importantes de la part de la haute noblesse normande, qui contribuèrent à la prospérité de la communauté religieuse aux Xie-XIIIe siècles (ibid., p. 65). La construction de l’église abbatiale commença en 1064 et, procédant d’est en ouest, se poursuit pendant le XIIe siècle pour s’achever probablement avant 1178, date de sa consécration (Baylé 2001). L’église est formée d’une nef de sept travées flanquées de deux bas-côtés et d’un transept saillant qui se prolonge dans un chevet culminant dans une abside en cul-de-four et communiquant avec les collatéraux. Les voutes du chevet et celles de la nef ont été couvertes de voûte d’ogive dès l’origine (Lefèvre-Pontalis 1908).

Lessay, église abbatiale, nef.

Des travaux de restauration importants ont été réalisés entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle, sous les abbatiats de Dom Pierre Leroy et de Guillaume de Guéhébert, afin de réparer aux dégâts procurés par les par les Anglo-Normands en 1356. Dans cette phase, les voûtes abîmées de la nef furent remontées en utilisant une grande partie des pierres employées dans l’édifice roman. La mise en commende de l’abbaye à la fin du XVe siècle en décréta le déclin et seulement l’installation des Mauristes en 1706 permit de redonner un certain lustre aux bâtiments, et notamment à l’église abbatiale qui fut rénovée à cette époque. Transformée en paroissiale en 1791 et sauvée des pioches des destructeurs qui s’attaquèrent en revanche à une partie des bâtiments conventuels (reconstruits à l’époque moderne), l’église fut classée monument historique en 1840. Restauré dans ses formes romane, l’édifice fut lourdement endommagé pendant la retraite des Allemandes le 11 juillet 1944 : l’explosion des mines placées à con intérieur fit crouler les voûtes de la nef et des larges pans du bas-côté sud. Reconstruite à l’identique, récupérant les pierres de l’ancien bâtiment, l’église fut rendue au culte ne 1958 (Musset 1975, p. 169-205 ; Baylé 2001).

Lessay, église abbatiale, nef avant 1944.

Ces évènements traumatiques ont porté à la perte de la décoration de cet édifice que, même à l’époque médiévale, l’on peut imaginer bien plus orné qu’il n’apparaît aujourd’hui. Nous savons, par exemple, que les clefs des voûtes reconstruites à l’époque gothique étaient timbrées par des écussons sans doute jadis portant les armes des abbés qui avaient fait réparer la nef (De Gerville 1825, p. 67 ; Richomme 1841, p. 258). L’un d’entre eux était orné des armes de la famille Thieuville (armoirie 1), que Charles de Gerville (ibid., p. 68) put attribuer à Guillaume de Guéhébert, abbé de 1420/1423 à 1445 (Gosselin 2005), en raison des écus armoriés qui en ornaient le tombeau dans la chapelle de Saint-Pierre (Richomme 1841, p. 258). Il est aujourd’hui impossible de déterminer si d’autres clefs de voûte portaient les armes de cet abbé. Si les seules images que nous possédons de la nef avant sa destruction pendant la Guerre confirment en effet la présence d’autres écussons sculptés à cet endroit, elles nous ne permettent pas d’identifier les armoiries qui devaient les orner.

Lessay, église abbatiale, voute de la nef ave clef armoriée.

De même, il est impossible de savoir quelles armes chargeaient le seul écusson qui orne encore la deuxième travée de la nef (armoirie 2). Replacé (et probablement resculpté) dans le cadre de la restauration d’après-guerre, il présente une surface totalement lisse.

D’autres indices prouvent l’engagement de Guillaume de Guéhébert pour la réfection et la dotation de l’église abbatiale. Il paraît en effet que ses armes étaient également gravées sur un des culs de lampe de la nef (armoirie 3), le seul d’après Léopold Quénault (1875, p. 75) à avoir été remplacé dans les travaux réalisés à l’époque gothique. Enfin, le même abbé avait offert à sa communauté un candélabre en cuivre, probablement destiné au maître autel, sur lequel était gravé son nom (Renault 1860, p. 73).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Lessay, abbaye Sainte-Trinité, https://armma.saprat.fr/monument/lessay-abbaye-sainte-trinite/, consulté le 30/10/2020.

 

Bibliographie études

Baylé, Maylis, « Lessay: Abbatiale de la Trinité » dans L’architecture normande au Moyen-Âge, t. 2, Caen 2001, p. 97-100.

De Gerville, Charles-Alexis Duhérissier, « L’abbaye de Lessay », Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, 1825, p. 63-71.

Gosselin, Sébastien, L’abbaye de Lessay du XIe au XXe siècle. Histoire et architecture, thèse de doctorat, Ecole des chartes, 2005.

Lefevre-Pontalis, Eugène, « Lessay », dans Guide du congrès de Caen en 1908. Les monuments du Calvados, Caen 1908, p. 227-231.

Musset, Lucien, Normandie romane, t. 1, La Basse Normandie (La nuit des temps, t. 25), Paris 1975.

Quénault, Léopold, « Nouvelle études archéologiques sur l’arrondissement de Coutences », Mémoires de la Société académique du Cotentin, 1, 1875, p. 45-80.

Renault, Jean-Michel, « Histoire et antiquités. Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances », Annuaire du département de la Mache, 32, 1860, p. 9-84.

Richomme, Florent, « Abbaye de Lessay, diocèse de Coutances (Xie siècle) », Annuaire du département de la Manche, 3, 1841, p. 255-260.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Lessay, abbaye Sainte-Trinité. Armoirie Guillaume Thieuville (de Guéhébert) (armoirie 1)

(D’argent à deux bandes de gueules accompagnées de sept coquilles de même).

  • Attribution : Thieuville Guillaume (de Guéhébert) ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1401-1425 ; 1426-1450 ;
  • Dans le monument : Lessay, abbaye Sainte-Trinité

Lessay, abbaye Sainte-Trinité. Armoirie inconnue (armoirie 2)

Armoirie vierge.

  • Attribution : Armoirie restaurée ; Armoirie vierge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : IIème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1401-1425 ; 1426-1450 ;
  • Dans le monument : Lessay, abbaye Sainte-Trinité

Lessay, abbaye Sainte-Trinité. Armoirie Guillaume Thieuville (de Guéhébert) (armoirie 3)

(D’argent à deux bandes de gueules accompagnées de sept coquilles de même).

  • Attribution : Thieuville Guillaume (de Guéhébert) ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Pilier ;
  • Support armorié : Cul-de-lampe ;
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1401-1425 ; 1426-1450 ;
  • Dans le monument : Lessay, abbaye Sainte-Trinité

Recherche

Menu principal

Haut de page