ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Jugon-Les-Lacs, pièce erratique

Jugon-Les-Lacs, en façade d’une maison de la rue du Four, pierre armoriée de réemploi.

Dans le bourg de Jugon-Les-Lacs, rue du Four, la façade d’une maison particulière intègre une pierre armoriée de réemploi datable du XVIe siècle, de provenance inconnue. Le relief, en granite brun clair, est sculpté d’un écu triangulaire chargé d’un monogramme associé à de petites figures (armoirie 1). Ce type d’emblème roturier apparenté au quatre-de-chiffre, dont la représentation sur un écu, sans être rare demeure peu courante, était employé par des négociants, des artisans opulents ou des corporations. Pour la Bretagne, on n’en possède aucun inventaire exhaustif, mais quelques études ont souligné leur fréquence sur des monuments – plates-tombes, croix et calvaires, bénitiers… – du pourtour littoral, laissant envisager une utilisation privilégiée par des armateurs ou des maîtres de barque (Le Guennec 1928, p. 100-102). Repérées localement dès la fin du XVe ou le début du XVIe siècle, leur vogue semble avoir culminé dans la seconde moitié du XVIIe (Castel 1996, p. 48), avant de décroître et disparaître peu après.

Les écussons ornés de monogrammes ne sont généralement pas considérés comme des armoiries véritables, ou sont envisagés aux franges de l’héraldique, car leurs figures échappent aux règles habituelles du blason en matière de composition et de transmission. Cependant, le monogramme est ici associé à des petits meubles traditionnels du blason, ce qui est très inaccoutumé. Quelques rares cas sont connus en Bretagne d’armes au monogramme accolées à des armes « traditionnelles », comme sur une console du XVIe siècle dans l’église de Rumengol en Finistère (Cordier 2016), mais elles ne sont pas fusionnées par une combinaison. Ici, la position des figures – une fleur de lys et une molette – délimitées dans la moitié senestre de l’écu, évoque une alliance mi-partie. Une famille locale de petite noblesse mais d’ancienne extraction, les Moisan ou Mouësan, autrefois possessionnée à La Bouillie et Plédéliac près de Jugon, blasonnait d’une fleur de lys accompagnée de trois molettes (Potier 1993, t. 2, p. 284). Sa généalogie est largement inconnue (Floury, Lorant 2000, p. 1092), mais elle pourrait offrir, sous réserve, une identification concluante. Leurs armes ne sont pas figurées exactement comme on les attendrait au second quartier d’un mi-parti, où elles devraient idéalement présenter une demi-fleur de lys en abîme, une molette pleine en chef à senestre et une demi-molette en pointe. Mais la forme du monogramme pourrait expliquer ces perturbations, dont les éléments situés à droite de la barre verticale faisant office de trait de partition au centre n’auraient pu être soustraits, sous peine de rendre son déchiffrement impossible : il aurait fallu alors redisposer les figures du second quartier, en les contraignant au sein de l’espace subsistant et en supprimant celle en pointe.

Dans l’hypothèse d’une alliance avec les Moisan, l’écu marquerait l’union d’un marchand ou bourgeois de Jugon ou des environs, avec une fille ou une cadette Moisan au XVIe siècle. Ce serait alors l’un des seuls exemples bretons attestés d’une combinaison directe entre un monogramme roturier et des armes nobiliaires.

Auteur : Paul-François Broucke

Pour citer cet article

Paul-François Broucke, Jugon-Les-Lacs, pièce erratique, https://armma.saprat.fr/monument/jugon-les-lacs-piece-erratique/, consulté le 24/10/2021.

 

Bibliographie études

Castel, Yves-Pascal, « De la navette du tisserand au quatre-de-chiffre du marchand sur les monuments toiliers léonards », dans J.-C. Cassard (dir.), Bretagnes : art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours, mélanges offerts au professeur Jean Tanguy, Brest 1996, p. 39-51.

Cordier, Jean-Yves, L’église Notre-Dame de Rumengol, VI. Les étranges blasons du socle de la statue de saint Matthieu [en ligne], Mis en ligne le 19 novembre 2016, URL : https://www.lavieb-aile.com/2016/11/l-eglise-notre-dame-de-rumengol.vi.les-etranges-blasons-du-socle-de-la-statue-de-saint-matthieu.html (consulté le 18 janvier 2021).

Floury, Jérôme, Lorant, Éric, Catalogue généalogique de la noblesse bretonne d’après la Réformation de la noblesse 1668-1672, Paris 2000.

Le Guennec, Louis, « Marques et signes sur des pierres tombales à Penmarc’h », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 55, 1928, p. 100-106.

Potier de Courcy, Pol, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne 1993 (rééd.).

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Jugon-Les-Lacs, pièce erratique. Armoirie roturière – Moisan (armoirie 1)

De… au monogramme de… senestré d’une fleur de lys de… soutenue d’une molette de… .

  • Attribution : Moisan famille ; Armoirie à monogramme ;
  • Position : Inconnue ;
  • Étage : Inconnu ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : Jugon-Les-Lacs 15 rue du Four ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1501-1525 ; 1526-1550 ; 1551-1600 ;
  • Dans le monument : Jugon-Les-Lacs, pièce erratique

Recherche

Menu principal

Haut de page