ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Asnois, église Saint-Hilaire

Documentée à partir de 1096 parmi les dépendances de l’abbaye de Charroux (Brouillet 1865, p. 74), l’église Saint-Hilaire d’Asnois présentait à l’origine une seule nef. Ce dernière fut doublée entre la fin du XVème siècle et le début du XVIème siècle quand l’édifice fut intégralement rénové, comme nombre d’autres églises de la région, peut-être pour réparer aux dégâts provoqués pendant la guerre de Cent Ans et pour l’adapter au goût architectural de l’époque. À cette phase appartient la réalisation du portail d’entrée en style flamboyant, l’ouverture de la baie qui éclaire le chevet et la couverture des trois travées de la nef et de celle du chœur par des voûtes d’ogive, dont les nervures soit sont directement amorcées dans le mur gouttereau sud et dans les demi-colonnes adossées aux piliers qui séparent la nef du collatéral nord, soit retombent sur des culs de lampe.

Asnois, église Saint-Hilaire, voûte de l'abside du collatéral nord, détail de la clef armoriée.

Asnois, église Saint-Hilaire, voûte de l’abside du collatéral nord, détail de la clef armoriée.

Notamment, la voûte sous clocher repose sur le coin nord-est sur un culot orné d’un écusson en relief, sur lequel aucune trace d’armoiries n’est malheureusement plus lisibles (armoirie 1) : il aurait pu porter les armes (peintes ou sculptées) de la famille qui détenait le droit de sépulture dans l’église et/ou qui avait financé les travaux de renouvellement. Un deuxième écu armorié est visible sur la clef de voûte de l’abside du bas-côté nord (armoirie 2), avec le chef orienté en direction de la baie orientale. Il est inscrit dans un encadrement circulaire dont le profil extérieur est orné de feuilles de chou frisées : une tête masculine est représentée sur le côté ouest, dans l’espace compris entre les deux nervures. Même si la surface de l’écu a été martelée, il est encore possible d’y reconnaître le profil de trois fleurs de lys, disposées 2 et 1. Il s’agit des armes du roi de France, comme déjà l’indiquait Pierre-Amédée Brouillet (1865, p. 74) : une constante dans la mise en signe héraldique des églises de la région après la guerre de Cent Ans, qui pourrait constituer un signe de la fidélité des communautés locales à la couronne. Le bûchage doit être survenu à la Révolution et démontre à quel point la destruction des armes fleurdelisées fut systématique par rapport à celle bien plus inconstante d’autres armoiries dépourvues de fleurs « royales ».

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Asnois, église Saint-Hilaire, https://armma.saprat.fr/monument/eglise-saint-hilaire-asnois/, consulté le 24/10/2021.

 

Bibliographie études

P.-A. Brouillet, Indicateur archéologique de l’arrondissement de Civray. Canton de Couhé-Vérac, Civray 1865.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Église Saint-Hilaire, Asnois. Armoirie vierge (armoirie 1)

Armoirie vierge.

  • Attribution : Armoirie vierge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : IIIème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Cul-de-lampe ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ; 1501-1525 ;
  • Dans le monument : Asnois, église Saint-Hilaire

Église Saint-Hilaire, Asnois. Armoirie roi de France (armoirie 2)

Armoirie bûchée (roi de France).

  • Attribution : Armoirie bûchée ; Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté nord ;
  • Emplacement précis : Abside ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ; 1501-1525 ;
  • Dans le monument : Asnois, église Saint-Hilaire

Recherche

Menu principal

Haut de page