ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Poitiers, église Saint-Étienne

Située quelques mètres à l’est de l’abside de Notre-Dame-la-Grande, l’église Saint-Étienne, documentée dès le Xe siècle (Favreau 1978, p. 30), se trouvait dans un état de conservation très précaire  à l’époque de la Révolution et, par conséquent, fut totalement démolie quelques temps après (De Chergé 1851, p. 187). Des maisons de particuliers prirent sa place, tandis que des pierres sculptées provenant de l’ancien édifice furent sauvegardées et offertes, en 1932, à la Société des Antiquaires de l’Ouest par Amédée Mesmin. Parmi ces pièces se trouvaient les fragments d’une plate-tombe et une clef de voûte (Eygun 1932, p. 547). Actuellement conservées l’une au Musée Sainte-Croix de Poitiers, l’autre dans les réserves du même musée, les deux pièces datent de la seconde moitié du XVe siècle.

Plate-tombe de Jean Morinault et de son épouse (Anne de Chambon ?). Poitiers, Musée Sainte-Croix (de l'église Saint-Etienne).

Plate-tombe de Jean Morinault et de son épouse (Anne de Chambon ?). Poitiers, Musée Sainte-Croix (de l’église Saint-Etienne).

Sur la dalle funéraire, dont on ne conserve que la partie supérieure, sont représentés les portraits gravés d’un couple encadrés dans des niches à arcade polylobée, délimitées par trois hauts pinacles qui se greffent sur des pilastres décorés à motifs végétaux.  Le mari se trouve à gauche (dextre) – la partie la plus importante du point de vue hiérarchique – et l’épouse à droite (senestre). L’inscription, mutilée, révèle l’identité du couple : Jean Morinault, marchand et bienfaiteur de l’église Saint-Etienne au XVe siècle (Crozet 1932, p. 547), et son épouse Anne (Crozet 1933, p. 683, n. 5535), dont le nom de famille a malheureusement disparu. René Crozet a pu voir les dernières lettres […]RRAT (ibid.), mais sa lecture ne semble pas assez fiable.

Quatre écussons, placés entre les pinacles et le choux par lequel culmine chaque arcade, portent les armoiries, redoublées, des deux défunts (armories 1, 2).

Clef de voute aux armes de Jean Morinault. Poitiers, Musée Sainte-Croix (de l'église Saint-Etienne).

Clef de voûte aux armes de Jean Morinault. Poitiers, Musée Sainte-Croix (de l’église Saint-Etienne).

À gauche (dextre) se trouvent celles de Jean, qui étaient d’azur à la bande de gueules, accompagnée de deux lions d’or, comme en témoignaient les traces de couleur retrouvées sur l’écusson sculpté sur la clef de voûte (armoirie 3) (Crozet 1933, p. 683, n. 5536); à droite (senestre) son gravées les armes de sa femme, qui pourraient être identifiées avec celles de la famille Chambon, qui portait d’azur à la tour d’argent maçonnée de sable (Beauchet-Filleau 1895, p. 221). La dalle et la clef de voûte appartenaient probablement à un même ensemble, peut-être une chapelle funéraire, érigée par Jean Morinault, à l’instar des nombreuses chapelles funéraires qui furent construites, dans les mêmes années, dans de nombreuses églises paroissiales de la ville.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Poitiers, église Saint-Étienne, https://armma.saprat.fr/monument/eglise-saint-etienne-poitiers/, consulté le 17/10/2021.

 

Bibliographie études

Ch. de Chergé, Le guide du voyageur à Poitiers, Poitiers 1851.

H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. 2, Poitiers 1895.

F. Eygun, « Procès verbaux. Séance du jeudi 20 octobre 1932 », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, p. 545-550.

F. Eygun, « Inventaire des objets entrés dans les Musées de la Société pendant l’année 1931 et 1932 », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1933, p. 676-684.

R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale Régionale, Poitiers 1978 (Mémoires de la Société de Antiquaires de l’Ouest, 4ème série, t. XIV, 1977-1978).

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Eglise Saint-Etienne, Poitiers. Armoirie Jean Morinault (armoirie 1)

D'(azur) à la bande de (gueules), accompagnée de deux lions d’(or).

  • Attribution : Morinault, Jean ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Tombeau ;
  • Support armorié : Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Poitiers, Musée Sainte-Croix ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1451-1475 ; 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Saint-Étienne

Eglise Saint-Etienne, Poitiers. Armoirie Anne de Chambon (?) (armoirie 2)

D’(azur) à la tour d’(argent maçonnée de sable).

  • Attribution : Chambon, Anne de (?) ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Tombeau ;
  • Support armorié : Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Poitiers, Musée Sainte-Croix ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1451-1475 ; 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Saint-Étienne

Eglise Saint-Etienne, Poitiers. Armoirie Jean Morinault (armoirie 3)

D’(azur) à la bande de (gueules), accompagnée de deux lions d’(or).

  • Attribution : Morinault, Jean ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : Poitiers, Musée Sainte-Croix, réserves ;
  • Technique : Sculpture en pierre polychrome ;
  • Période : 1451-1475 ; 1476-1500 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Saint-Étienne

Recherche

Menu principal

Haut de page