ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Bonnes, château de Touffou

Bâti sur la rive gauche de la Vienne pour en surveiller la navigation, le château de Touffou est le résultat de plusieurs phases de construction, essentiellement datées entre le XIIe et le XVIe siècle. Si la forteresse a aujourd’hui l’aspect d’un manoir résidentiel typique de la Renaissance, ses origines remontent en réalité à l’âge roman (la première mention d’un château à Touffou date de 1127). Le corps de bâtiment qui délimite le coté nord de la cour principale est la partie la plus ancienne du complexe.

Bonnes, chateau de Touffou.

Bonnes, chateau de Touffou.

Un premier donjon, formant la partie orientale de l’actuelle aile nord, fut construit avant la fin du XIIe siècle (Faucherre 2004, p. 65 ; Baudry 2011, p. 221). De plan carré et renforcé par des contreforts plats, il était à l’origine uni à une enceinte.

Aux deux tiers de son élévation, il était muni d’une galerie de bois en balcon qui se déroulait sur trois faces (nord, est, ouest) et combinait des fonctions de défense, d’accès et d’agrément. La galerie permettait d’entrer dans la salle seigneuriale, située au deuxième étage et ornée d’un décor héraldique peint, comptant parmi les plus anciens de la région. Le décor, connu dès le début du XXe siècle (Tranchant 1913-1915, p. 176) a été intégralement reconstruit et repeint en 1936 à partir des fragments originaux encore conservés dans l’angle nord-ouest de la salle (base Palissy).

Bonnes, chateau de Touffou, salle seigneuriale, détail du décor peint (dans Allard, Debelle, Faucherre 2002, p. 17).

Bonnes, chateau de Touffou, salle seigneuriale, détail du décor peint (dans Allard, Debelle, Faucherre 2002, p. 17).

Ce décor devait s’étendre à toute la partie centrale des parois de la salle, tandis que la partie inférieure était probablement ornée par un socle en faux appareil ou un velarium et celle supérieure, se raccordant au plafond, par une frise végétale. Il se compose de carreaux peints aux armes des Montléon (de gueules au lion d’argent) (armoirie 1) alternées à celles d’Amenon de la Roche (d’or à deux fasces chargées de sautoirs – ou frettésaccompagnées de huit merlettes en orle, disposées 3, 2, 3 ; cf. Eygun 1939, p. 243, num. 582, an 1267) (Salvini 1952, p. 259) (armoirie 2), appartenant à la famille des Oger installée à Chauvigny dès le Xe siècle (Tranchant 1913-1915, p. 182).

La présence de ces armes a servi comme argument pour une datation des peintures vers 1270 (Allard, Debelle, Faucherre 2002, p. 15) ou entre 1267-1280 (Deschamps, Thibout 1963, p. 208-209), après le mariage présumé d’Agnès, fille supposée du seigneur de la Roche-Amenon et du Touffou, avec Guy I de Montléon (Allard, Debelle, Faucherre 2002, p. 15 ; Faucherre 2004, p. 66). Pourtant, il semblerait que Guy – appelé aussi Guy Oger (mort entre 1281 et 1285) – était lui-même fils d’Amenon de la Roche, duquel il reçut en héritage le château de Touffou en 1268, et de la fille de Jourdain de Preuilly et d’Alice de Montléon, Luce,  dont il hérita la seigneurie de Montléon. Comme pour la châtellenie de Montmorillon, Luce transmit de son vivant la seigneurie de Montléon à son fils, qui abandonna donc le surnom d’Oger pour adopter celui de Montléon (Duguet 1984). Puisque Guy I ne semble pas avoir utilisé l’armoirie de son père (Eygun 1939, p. 231, num. 499), une datation de la peinture à l’époque du mariage d’Amenon de la Roche avec Luce de Montléon, vraisemblablement au deuxième quart du XIIIe siècle, semble plus probable. D’ailleurs, une des filles du couple – qui était donc la sœur de Guy I – portait le nom de Montléonne (Tranchant 1913-1915, p. 186 ; Duguet 1984, p. 287).

À la fin de la guerre de Cent Ans la taille du donjon primitif fut doublée par la construction d’un vaste logis cantonné de deux tourelles semi-circulaires et couronné de mâchicoulis (Faucherre 2004, p. 65).

Bonnes, chateau de Touffou, détail de l'armoirie sculptée sur le chemin de ronde du donjon orientale (coté est) avec armoirie des Montléon.

Bonnes, château de Touffou, détail de l’armoirie sculptée sur le chemin de ronde du donjon orientale (coté est) avec armoirie des Montléon.

Le style de quelques éléments architecturaux – telle la trace d’une cheminée flamboyante – et les résultats de la dendrochronologie des charpentes (1457 pour la couverture du donjon roman, 1468-1469 pour le logis occidental) permettent de relier les travaux à la commande de René de Montléon, seigneur de Touffou en 1454-1469 (ibid.). Peu après le milieu du XVe siècle le donjon fut donc modifié dans la partie haute :  tous les contreforts ont été surhaussés et couronnés de mâchicoulis, soutenant un chemin de ronde défensif (Allard, Debelle, Faucherre 2002, p. 10). Sur la face orientale, une des dalles qui composent le linteau porte un écusson aux armes des Montléon (Longer, Salvini 1963, p. 118) (armoirie 3). Protégé par un larmier, il appartenait probabalement à René de Montléon. L’emplacement de l’armoirie peu paraître insolite mais entre la fin du XIVe siècle et le XVe siècle, il arrivait souvent que des écussons aux armes des seigneurs fussent encastrés sur les arcades aveugles ornant les mâchicoulis, comme onle  voit sur les remparts de Poitiers ou au château de Chambonneau, près de Gizay (Vienne).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Bonnes, château de Touffou, https://armma.saprat.fr/monument/chateau-de-touffou-bonnes/, consulté le 17/10/2021.

 

Bibliographie études

C. Tranchant, « Le château de Touffou et ses seigneurs », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 3, 3, 1913-1915, p. 172-205.

F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Poitiers 1939.

J. Salvini, « Le château de Touffou » , dans Congrès Archéologique de France, session CIXe (Poitiers 1951), Paris 1952, p. 256-260.

P. Deschamps, M. Thibout, La peinture murale en France au début de l’époque gothique, de Philippe Auguste à la fin du règne de Charles V (1180-1380), Paris 1963.

S. Longer, J. Salvini, « Le château de Touffou », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 4, 7, 1963, p. 89-137.

A. Châtelain, Donjons romans des pays de l’Ouest, Paris 1973, p. 170-172.

J. Duguet, « L’ascendance de Guy Ier de Montléon », dans Le Pays Chauvinois, 23, 3, 1984, p. 285-287.

T. Allard, J. Debelle, N. Faucherre, Le château de Touffou, La Crèche 2002

N. Faucherre, « Touffou (Vienne) : la tour dédoublée », dans Tours seigneuriales de l’Ouest. Travaux récents sur quelques tours maîtresse de la Normandie à la Catalogne, sous la dir. de N. Faucherre, C. Rémy, Poitiers 2004, p. 65-68.

M.-P. Baudry, Châteaux « romans » en Poitou-Charentes Xe-XIIe siècles, La Crèche 2011.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Château de Touffou, Bonnes. Armoirie Montléon (armoirie 1)

De (gueules) au lion passant de (argent).

  • Attribution : Montléon (Monléon), famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 2ème étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Donjon ; Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur nord ;
  • Support armorié : Mur ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1226-1250 ;
  • Dans le monument : Bonnes, château de Touffou

Château de Touffou, Bonnes. Armoirie Amenon de la Roche (armoirie 2)

De or à deux fasces frettés de argent, accompagnées de huit merlettes de gueules en orle, disposées 3, 2, 3.

  • Attribution : De la Roche, Amenon ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 2ème étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Donjon ; Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur nord ;
  • Support armorié : Mur ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1226-1250 ;
  • Dans le monument : Bonnes, château de Touffou

Château de Touffou, Bonnes. Armoirie Montléon (armoirie 3)

De (gueules) au lion passant de (argent).

  • Attribution : Montléon (Monléon), famille ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Toit ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Donjon ;
  • Emplacement précis : Chemin de ronde ;
  • Support armorié : Linteau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1451-1475 ;
  • Dans le monument : Bonnes, château de Touffou

Recherche

Menu principal

Haut de page