ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Ayron, château

Relevant de la châtellenie de Montreuil-Bonin, les seigneurs d’Ayron résidèrent dans le château surplombant la vallée de la Vendelogne. Construit au XVème siècles sur les vestiges d’une forteresse plus ancienne, le château mélange une fonction défensive et une résidentielle. Les tours d’angle et les quelques archères encore visibles – celles-ci transformées en canonnière depuis – témoignent d’une utilisation militaire qui ne doit pas avoir été totalement omise même après la rénovation de la structure. La disparition d’une partie des éléments de défense de la forteresse, notamment d’un trait de la courtine nord et de celle ouest, rend toutefois moins évidente l’évaluation de sa dotation militaire, notamment de celle du côté vers le village, le plus exposé à des attaques éventuels.

Ayron, château, le logis vers la cour.

Ayron, château, le logis vers la cour.

Ouvertes aussi vers l’extérieur de la courtine (côté sud ), les grandes baies à meneaux en croix, typiques de l’architecture civile flamboyante, démontrent pourtant que les travaux réalisés au XVème siècle visaient surtout à transformer le château en un lieu de résidence conforme à la mode de l’époque (Andrault 1995, p. 180). Cette intention est attestée par l’encadrement bien travaillé des baies, avec des colonnettes prismatiques s’appuyant sur des bases arrondies, par les crochets et les autres éléments sculptés (un lion) qui ornent le rampant nord du logis, par les figures en relief qui apparaissent à l’intérieur des accolades côté cour. C’est le cas de l’être monstrueux – mi homme et mi serpent ? – sculpté à l’intérieur de l’accolade ornant la fenêtre qui surplombe la porte d’entrée du logis.

Cette dernière donne accès à l’escalier desservant les étages du corps résidentiel et, comme d’habitude pour l’époque, est ornée d’un écu qui aurait dû porter à l’origine les armes des propriétaires du château (armoirie 1). L’écu est réalisé en relief au milieu du tympan dessiné par les modénatures en forme d’accolade ornant la partie supérieure de la porte, à l’intérieur d’un encadrement polylobé. Si des feuillages et un escargot ornent les montants de la porte, il nous surprend de voir que juste au-dessus de l’écu, presqu’en guise de cimier, ce trouvait un petit personnage : assis sur la pointe de l’accolade la plus interne, il appuie ses pieds sur le profil supérieur du bouclier. Martelé par la suite, ce personnage résulte aujourd’hui indéchiffrable.

Ayron, château, porte d'entrée avec architrave en accolade armorié.

Ayron, château, porte d’entrée avec architrave en accolade armorié.

De même nous constatons que l’écu armorié a été soigneusement bûché, vraisemblablement à la Révolution. Il est donc impossible de déterminer quelle armoirie y était représenté. Trois familles auraient eu possession de la châtelaine entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance (Andrault 1995, p. 180) : la famille d’Ayron, de laquelle seraient issus Aimery et Michel furent maires de la ville de Poitiers entre 1352 et 1463 (Thibaudeau 1840, p. 375), les Rivault et les Jouslard des Ombres (Beauchet-Filleau 1968, p. 334), dont Philippe fut maire de Poitiers en 1596 (Thibaudeau 1840, p. 409). La forme allongée de l’écu est typique des la fin du XVème siècle-début du XVIème, trouvant plusieurs comparaisons possible dans la région (église de Chaunay). Il est donc plausible qu’il portait les armes des Rivault, qui tient la seigneurie d’Ayron du milieu du XVème siècle jusqu’à 1577, notamment Pierre ou Jacques qui ont eu la seigneurie entre la fin du XVème siècle et les premières années du XVIème (Labande-Mailfert 1986, p. 173).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Ayron, château, https://armma.saprat.fr/monument/chateau-dayron/, consulté le 28/10/2021.

 

Bibliographie études

 

A.-R.-H. Thibaudeau. Histoire du Poitou. Nouvelle édition continuée jusqu’en 1789, Niort 1840.

J. Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. V, Fontenay-le-Comte 19682.

Y. Labande-Mailfert, Histoire de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers : quatorze siècles de vie monastique, Poitiers 1986 (Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 4e, t. 19, 1986-1987).

J.-P. Andrault, « Ayron », dans Id., P. Durand (dir.), Châteaux, manoirs et logis. La Vienne, Prahecq 1995.

Le patrimoine des Communes de la Vienne, Paris 2002, t. II, p. 1065-1066.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Château d’Ayron. Armoirie bûchée (armoirie 1)

Armoirie bûchée.

  • Attribution : Armoirie bûchée ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Logis ; Tourelle d'éscalier ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Accolade ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1476-1500 ; 1501-1525 ;
  • Dans le monument : Ayron, château

Recherche

Menu principal

Haut de page