ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon

 

Nous avons très peu d’informations sur la gentilhommière portant aujourd’hui le nom de « Château-Bignon », située dans le lieu-dit de Gautrinière, en périphérie de la commune de Bourbon-L’Archambault, sinon qu’elle fut bâtie au XVIIe siècle, peut-être sur des bases médiévales dont il ne reste aucun vestige aujourd’hui (Germain 2004, p. 28). De l’ornementation héraldique de l’édifice ne reste que l’écusson (armoirie 1), aujourd’hui dépourvu de toute trace d’armoiries, sculpté sur le linteau de la cheminée d’une salle au rez-de-chaussée, que l’on dirait appartenir à la phase de construction de la gentilhommière. Des relevés du chanoine et érudit local Joseph Clément (Moulins, AD 03, 9 J 54), datés du 12 juillet 1865, documentent cependant l’existence d’un autre décor héraldique, plus articulé et composite, malheureusement perdu, probablement parce qu’il a été détruit lors de l’incendie de 2004 ou de la campagne de rénovation qui suivit (armoiries 2-4).

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon, cheminée de la salle au rez-de-chaussé (cliché : B. Marouzé)

Les notes du chanoine évoquent néanmoins précisément l’emplacement du décor, ornant la « grande cheminée de la salle du 1er étage », dont il nous offre également un croquis sommaire. La cheminée monumentale de la grande salle du château, bien que portant un écusson illisible – et certainement rénové – ne semble pourtant pas correspondre à celles reproduites dans les dessins du chanoine.

J. Clément, Vue générale de la cheminée d’une salle au premier étage du Château-Bignon à Bourbon-L’Archambault. Moulins, AD 03, 9 J 36.

Les croquis de Joseph Clément semblent d’ailleurs suggérer que le décor était composé de deux parties distinctes. Tout d’abord, directement au-dessus de la cheminée, était peint un écusson moderne portant des armoiries qui n’ont pas pu être identifiées (armoirie 2), mais qui appartenaient certainement à l’un des anciens propriétaires du château. Cimée d’un heaume à lambrequins et supportée par deux anges volants, cette armoirie présente par sa composition et ses ornements extérieurs les caractères typiques des XVII-XVIIIe siècles.

Un cartouche de pierre « encastré » surmontait ce premier décor peint. Identifié comme étant réalisé en « pierre fine d’Apremont » (ibid.), une pierre souvent utilisée dans la sculpture bourbonnaise de commande ducale, le chanoine laisse entendre que ce décor pourrait provenir du château de Bourbon-L’Archambault. Selon ses notes, les « attributs héraldiques et les lambrequins et ornements extérieurs » (ibid.) étaient déjà mutilés : cela explique certainement l’imprécision de ses relevés, qu’il nous faut interpréter avec prudence. Le premier écu, à dextre (armoirie 3), semblait couronné et cerclé d’un ordre de chevalerie ; le contenu de l’écu évoque fortement les armoiries des ducs de Bourbons, dans la forme à trois fleurs de lis.

J. Clément, Détail de l’armoirie peinte sur la cheminée de la salle au premier étage du Château-Bignon à Bourbon-L’Archambault. Moulins, AD 03, 9 J 54.

Cette interprétation corroborerait la provenance éventuelle de ce décor du château, qui a longtemps servi de carrière de pierre pour les habitants des environs. Le collier d’ordre pourrait alors être identifié comme étant celui de l’ordre de saint Michel, auxquels les trois derniers ducs de Bourbon – Jean II, Pierre II et Charles III – ont appartenus. Cependant, par sa taille sur le relevé, la bande brisant les armoiries pourrait également évoquer un bâton péri, brisure distinctive des Bourbon-Condé, famille descendante des ducs de Bourbon, qui entrent en possession du Bourbonnais en 1661, lorsque celui-ci est échangé par Louis XIV au Grand Condé contre le duché d’Albret (en vertu de l’article 86 du Traité des Pyrénées).

J. Clément, Détail des armoiries sculptées sur la cheminée de la salle au premier étage du Château-Bignon à Bourbon-L’Archambault. Moulins, AD 03, 9 J 54.

Le second écu sculpté (armoirie 4), à senestre, arbore des armes à trois fleurs de lis. Sa position laisse supposer qu’il ne s’agit pourtant pas d’armoiries royales, qui auraient pris la place d’honneur, à dextre dans la composition. En outre, l’écu est également surmonté d’une forme évoquant un chapeau de cardinal. L’association de cet écu à son voisin – un éventuel écu ducal de Bourbon – invite ainsi à envisager l’hypothèse qu’il puisse s’agir des armoiries mutilées de Charles, cardinal de Bourbon, important mécène et frère des ducs Jean II et Pierre II, dont la brisure – la même bande de gueules que les ducs – aurait été détruite ou aurait échappé à la lecture du chanoine.

Un écusson aux armes ducales de Bourbon (à trois fleurs de lis) est également visible sur la façade du château mais résulte probablement d’un ajout tardif du XIXe siècle.

Auteur : Antoine Robin

Pour citer cet article

Antoine Robin, Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon, https://armma.saprat.fr/monument/bourbon-larchambault-chateau-bignon/, consulté le 01/02/2023.

 

Bibliographie sources

Moulins, AD 03, 9 J 36.

Moulins, AD 03, 9 J 54.

Bibliographie études

Germain René (dir.), Châteaux, fiefs, mottes, maisons-fortes et manoirs en Bourbonnais, Romagnat 2004.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon. Armoirie vierge (armoirie 1)

De…

  • Attribution : Armoirie vierge
  • Position : Intérieur
  • Étage : Rez-de-chaussée
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle
  • Emplacement précis : Cheminée
  • Support armorié : Linteau de cheminée
  • Structure actuelle de conservation : In situ
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1601-1700
  • Dans le monument : Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon. Armoirie inconnue (armoirie 2)

D’(azur) au chevron d’(argent) surmonté d’un trait du (même) et accosté de deux cœurs enflammés de (gueules) percés de traits d’(argent), une feuille de trèfle de (sinople) en pointe.

  • Attribution : Armoirie inconnue
  • Tenants / Supports : Deux anges
  • Timbre : Un heaume moderne
  • Position : Intérieur
  • Étage : 1er étage
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle
  • Emplacement précis : Cheminée
  • Support armorié : Hotte de cheminée ; Linteau de cheminée
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue
  • Technique : Peinture murale
  • Période : 1601-1700 ; 1701-1800
  • Dans le monument : Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon. Armoirie Bourbon ou Bourbon-Condé (armoirie 3)

D’(azur) à trois fleurs de lis d’(or), à la cotice en bande de (gueules) brochant (Bourbon) ou d’(azur) à trois fleurs de lis d’(or), au bâton péri en bande de (gueules) brochant (Bourbon-Condé).

Collier d’ordre : ordre de saint Michel ? Ordre du Saint-Esprit ?

  • Attribution : Bourbon-Condé famille ; Bourbon famille
  • Timbre : Une couronne
  • Position : Intérieur
  • Étage : 1er étage
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle
  • Emplacement précis : Cheminée
  • Support armorié : Hotte de cheminée ; Linteau
  • Structure actuelle de conservation : Pièce disparue
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1451-1475 ; 1476-1500 ; 1601-1700
  • Dans le monument : Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon

Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon. Armoirie Charles II de Bourbon ? (armoirie 4)

D'(azur) à trois fleurs de lis d'(or) (au bâton en bande de gueules brochant).

  • Attribution : Bourbon Charles II de
  • Timbre : Chapeau cardinalice
  • Position : Intérieur
  • Étage : 1er étage
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle
  • Emplacement précis : Cheminée
  • Support armorié : Hotte de cheminée ; Linteau de cheminée
  • Technique : Relief en pierre
  • Période : 1451-1475 ; 1476-1500
  • Dans le monument : Bourbon-L’Archambault, Château-Bignon

Recherche

Menu principal

Haut de page