ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Avirey-Lingey, église Saint-Phal

L’église Saint-Phal d’Avirey-Lingey, sous l’Ancien Régime dépendant du diocèse de Langres, a fait récemment l’objet d’une remarquable restauration. L’église, reconstruite au XVIe siècle, présente la structure typique d’une église-halle et une abside à cinq pans. Deux superbes porches, de conception différente, donnent accès aux croisillons du transept. Le porche en façade est en revanche plus tardif, sa construction datant du XIXe siècle (Beau 1991, p. 289, num. 22).

Les murs sont recouverts de peintures dont la technique peut être rapprochée de celle de la fresque. Trois phases sont identifiables. La première correspond à des scènes hagiographiques où l’on reconnaît une remarquable illustration du Dit des trois morts et des trois vifs, et des scènes de dévotion. La seconde période se caractérise par des portraits de saints figurant dans des cadres, parmi lesquels nous citerons au moins la représentation de saint Mammès, patron de la cathédrale de Langres, et de sainte Marthe. La dernière intervention correspond au décor héraldique qui est réparti dans l’édifice : elle figure en surimpression sur les deux précédentes interventions, conférant une importance certaine à ce décor.

Rencontre des trois vifs et des trois morts. Avirey-Lingey, église Saint-Phal.

Une série d’éléments héraldiques retient notamment notre attention, peinte directement sur la légende qui illustrait la peinture de la Rencontre des trois vifs et des trois morts. Elle se compose de deux armoiries proprement dites. Le premier écu armorié porte les armes du roi, rendues une fois avec l’insertion d’un filet séparant les fleurs de lys en 2 et 1 et timbrées d’une couronne fermée (armoirie 1). Ceci s’explique par le fait que le roi de France était seigneur en partie d’Avirey (Abbé Roussel 1878, t. 3, num. 1084). Le deuxième écu porte en revanche des armoiries plus singulières. Composées de trois fleurs de lys, elles sont timbrées d’une tiare pontificale (trirègne) composée de trois couronnes (armoirie 2). L’écu est posé sur deux clés en sautoir. Ces éléments permettent d’y reconnaître les armoiries d’un pape, à identifier sans doute avec Paul III Farnèse qui règne de 1534 à 1549 et porte d’azur à six fleurs de lys d’or posées 3, 2 et 1. Comment expliquer la réduction du nombre de meubles ? Celui-ci s’explique aisément par l’usage d’un pochoir qui fut utilisé indifféremment pour le blason du roi et du pape. La proximité de deux armoiries, dont une celle très connue du roi, porta probablement le peintre à l’erreur, inversant les couleurs du fond et des meubles composant les armes du pontife.

La série est complété par un autre élément emblématique : une fleur de lys unique surmontée d’une couronne (armoirie 3). Ce symbole héraldique est connu par un relevé de Roger de Gaignières, vers 1699, montrant une tapisserie tissée pour François Ier. Cette tapisserie associe ce motif aux armes de France, au monogramme du roi et la salamandre coiffés d’une couronne identique à celle de la fleur de lys (Crépin-Leblond, Thirion 2002, p. 98, num. 11). Les musées d’Art et d’Histoire de Troyes conservent également dans leur réserve une pièce de bois ornée du même élément, qui appartenait sans doute au poteau d’une maison en pans de bois.

Frise héraldique aux armes du roi et du pape. Avirey-Lingey, église Saint-Phal.

L’association des armoiries du roi et du pape s’éclaire aux sources de l’histoire. Le pape Paul III, créateur de l’ordre des jésuites et acteur de la condamnation de l’esclavage des Indiens, convoqua, le 2 juin 1536, le concile de Trente qu’anima Charles Borromée avec tant de ferveur. Cette volonté de réformer l’Église faisait écho à la réaction du roi François Ier qui, en octobre 1534, après l’affaire des Placards, avait fermement condamné les idées réformées. Ces préoccupations agitaient aussi Claude de Longwy, dit de Givry : grand mécène mort à Mussy-l’évêque, non loin d’Avirey-Lingey, il avait été évêque de Langres de 1530 à 1542. Ce constat pourrait donc expliquer la volonté de rendre hommage aux deux souverains dans ce contexte de réforme. Il faut donc considérer, au regard de ce qui précède, que cette dernière phase de décor peint date de François Ier, et plus précisément de la seconde moitié du règne de ce souverain. Il faudra d’ailleurs remarquer que d’autres fleurs de lys couronnées, peinte en rouge, se trouvent aussi à d’autres endroits de l’église, notamment sur la peinture avec sainte Marthe et à côté de celle représentant saint Mammès.

Auteur : Jean-Luc Liez

Pour citer cet article

Jean-Luc Liez, Avirey-Lingey, église Saint-Phal, https://armma.saprat.fr/monument/avirey-lingey-eglise-saint-phal/, consulté le 01/12/2021.

 

Bibliographie études

Beau, Marguerite, L’architecture religieuse de la Champagne méridionale et auboise hors Troyes, Troyes 1991.

Crépin-Leblond Thierry, Thirion Jacques (dir.), Parures d’Or et de Pourpre. Le mobilier à la cour des Valois, catalogue de l’exposition (Blois 2002), Paris 2002.

Roussel, Charles-François, Le diocèse de Langres. Histoire et statistique, Langres 1878.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Avirey-Lingey, église Saint-Phal. Armoirie roi de France (armoirie 1)

D’azur à trois fleurs de lys d’or.

Timbre : une couronne fermée.

  • Attribution : François Ier roi ; Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Côté nord ;
  • Support armorié : Mur ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1526-1550 ;
  • Dans le monument : Avirey-Lingey, église Saint-Phal

Avirey-Lingey, église Saint-Phal. Armoirie Paul III Farnèse (armoirie 2)

D’azur à trois fleurs de lys d’or (alias : d’or à six fleurs de lys d’azur, disposées 3, 2, 1).

Timbre : une tiare pontificale (trirègne).

  • Attribution : Farnèse Paul III pape ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Côté nord ;
  • Support armorié : Mur ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1526-1550 ;
  • Dans le monument : Avirey-Lingey, église Saint-Phal

Avirey-Lingey, église Saint-Phal. Armoirie roi de France (armoirie 3)

Une fleurs de lys (d’azur ?) timbrée d’une couronne (de gueules et d’azur ?).

  • Attribution : François Ier roi ; Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Côté nord ;
  • Support armorié : Mur ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1526-1550 ;
  • Dans le monument : Avirey-Lingey, église Saint-Phal

Recherche

Menu principal

Haut de page