ArmmA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge
Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, église abbatiale

 

Fondée au milieu du IXe siècle par Charles le Chauve (Dubourg-Noves 1999), l’abbaye bénédictine de Nanteuil-en-Vallée surgissait à la limite septentrionale du village, au contact direct avec une aire boisée. Des vestiges imposants des bâtiments qui composaient le complexe abbatial sont encore conservés, comme la chapelle dite du « trésor », la maison de l’abbé (voir notice), le bâtiment appelé « grands greniers » ou hôtellerie (voir notice). De l’église abbatiale, bâtie probablement à partir de 1047 (Piat, Bouvart 2012, p. 49), ne subsistent que la partie inférieure de la façade et un large pan du mur oriental. Désaffectée en application d’un édit épiscopal de 1768, elle fut par la suite progressivement détruite et utilisée comme carrière pour les constructions du voisinage (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 162). Dotée d’un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes et d’une nef à trois vaisseaux, l’église fut construite en plusieurs étapes, les inondations fréquentes du chantier entraînant l’interruption des travaux. Incendiée et pillé deux fois par les Anglo-Normands et par les Anglo-Gascons, comme le rappelle l’abbé Aimery Texier dans son testament de 1475, l’abbaye brula jusqu’au pierres mêmes : les clochers furent détruits avec leurs cloches, ainsi que touts les ornements, les pièces d’orfèvrerie et une grande partie des archives abbatiales (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 141). Une lettre datée de 1469 et copiée par Dom Fonteneau décrit ces innombrables dégâts (ibid.). Une phase de restauration générale des édifices du complexe abbatial fut alors ouverte au cours de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècles. Aux réparations commanditées par l’abbé Pierre VIII Regnaud (1439-1448) – qui fut peut-être le commanditaire des stalles aujoud’hui conservés dans l’église paroissiale (voir notice) – suivirent des travaux plus important sous l’abbatiat d’Aimery Texier (1467-1492) et de Nicolas Imbault (1492-1527). Aimery réorganisa alors la vie religieuse de l’abbaye et lança les travaux de renouvellement (ibid., p. 143-144 ; Comte 2010, p. 425-430 ; Piat, Bouvart 2014, p. 66). Il est probable qu’Aimery ait fait d’abord reconstruire la voute de la nef, puisque les sources documentaires rapportent que ses armes – de gueules à la levrette courante d’argent, accolée et bouclée d’or, surmontée d’un croissant d’argent – y avaient été peintes (armoirie 1) : « (les armes d’Aimery Texier) sont peintes à la voûte de la nef de l’église de cette abbaye parmi toutes les autres peintures dont cette église est décorée de tous côtés. Ce qui fait juger que c’est cet abbé qui a fait faire ces peintures. On le dit même, par tradition, auteur de la voûte de la nef » (Dom Fonteneau, t. LXVIII, p. 25, cité par Crozet 1942, p. 170, doc. 659). L’abbé Aimery, qui avait souhaité d’être inhumé dans l’église « aux pieds du pilier du chœur où l’on dit l’Epître » (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 151 ; Piat, Bouvart 2012, p. 4, 50-51) démissionna en 1492. Son successeur, Nicolas Imbault, poursuivit l’œuvre de réfection de l’église, notamment pour la réparation de « la volte de dessus le grand aultier de l’église de l’abbaye » (Dom Fonteneau, t. XL, cité par Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 152). Les travaux s’achevèrent en 1509 (ibid.), sans qu’aucune source ne cite la présence d’autres armoiries représentées dans les parties refaites.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, église abbatiale, https://armma.saprat.fr/monument/285/, consulté le 15/07/2024.

 

Bibliographie études

A. Rempnoulx-Duvignaud, « L’abbaye de Nanteuil-en-Vallée (Angoumois, diocèse de Poitiers) », dans Bulletin historique et archéologique de la Charente, 1886, p. 125-236, à p. 141-144, 162.

R. Crozet, Textes et documents relatifs à l’histoire des arts en Poitou (Moyen âge – Début de la Renaissance), Poitiers 1942, p. 170, doc. 659.

P. Dubourg-Noves, « Les vestiges de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée », dans Congrès archéologiques de France, 153. Charente, Paris 1999, p. 277-292.

J.-F. Comte, Ruffec au Moyen Âge. L’abbaye carolingienne de Nanteuil-en-Vallée et la seigneurie de Ruffec (858-1555), Civray 2010, p. 425-430.

J.-L. Piat, P. Bouvart, L’abbaye Nanteuil-en-Vallée (Charente), s.l. 2012, p. 4, 49-51.

J.-L. Piat, P. Bouvart, L’abbaye Nanteuil-en-Vallée (Charente), s.l. 2014, p. 66.

Armoiries répertoriées dans ce monument

Aucune armoirie n'a été répertoriée dans ce monument.

Recherche

Menu principal

Haut de page